Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Emmanuelle Wargon

« Je suis convaincue que la thématique du logement a toute sa place dans la campagne »

Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement. Ministère chargé du logement

Le Journal du Palais : Vous vous déplacez ce jour à Dijon pour notamment signer avec le maire de Dijon et président de Dijon métropole François Rebsamen, un contrat de relance sur la thématique de la construction durable de logements. Pouvez-vous nous en dire plus ? Quelles sont les grandes lignes de ce contrat ? Quels sont les engagements de l’État et ceux de la métropole ?

Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement : Je suis heureuse de venir à Dijon pour différentes visites de terrain que je ferai aux côtés de François Rebsamen et des élus du territoire. Nous acterons effectivement la signature d’un contrat de relance de la construction durable avec la métropole et un certain nombre de communes de son périmètre. Ces contrats sont l’une des mesures proposées par la Commission Rebsamen (lancée par le Premier ministre en mai 2021) pour relancer la construction en France, promouvoir un modèle d’aménagement fondé sur la densité et soutenir les maires bâtisseurs. Ils bénéficieront d’une enveloppe de 175 millions d’euros en 2022. Près de 200 contrats de ce type sont en négociation à l’échelle nationale et devraient être signés d’ici fin avril prochain, couvrant 1.700 communes et un objectif d’environ 180.000 logements autorisés.

Quelles sont les observations réalisées par l’État sur les problématiques de logements au niveau national, mais aussi et surtout plus particulièrement au niveau de la Côte-d’Or ? Comment la métropole dijonnaise se place-t-elle dans cette dynamique ?

Le département de la Côte-d’Or connaît un certain nombre de problématiques bien identifiées : nécessité de poursuivre la construction de logements, de garantir une offre abordable sur le marché, de rénover les logements individuels et de recycler les friches industrielles, de repenser l’urbanisme pour éviter d’étendre la ville toujours plus loin sur la nature en vidant les centres-villes de leurs commerces et services de proximité. A tous ces égards, Dijon et sa métropole se placent dans une dynamique exemplaire. On le voit notamment sur la délivrance des permis de construire avec en 2021, 4.100 logements autorisés en Côte-d’Or, en hausse de 28 % par rapport à 2020. Ma visite comprend également la présentation de deux projets dijonnais emblématiques de ce que nous devons faire partout en France, l’écoquartier « L’Arsenal » et le projet « Terrot Town » de reconversion d’une friche industrielle située sur le boulevard Voltaire.

Face à ces constats, comment le gouvernement compte-t-il agir et à quelle échéance ?

La signature de ce contrat de relance de la construction durable de logements est un témoignage fort du partenariat que nous voulons pérenniser entre l’État et la métropole de Dijon. Il fixe un objectif de 1.800 logements dont 322 logements sociaux, ce qui représente un montant d’aide d’environ 2,1 millions d’euros. Concernant les friches, le fonds friches du plan France Relance continue de débloquer des projets partout en France, avec près de 22 millions d’euros pour la région Bourgogne Franche-Comté l’année dernière. Enfin la rénovation énergétique des logements se poursuit, au point que 6.500 logements ont déjà été rénovés en Côte d’Or depuis 2020 grâce à MaPrimeRenov’.

La Fondation Abbé Pierre a publié il y a quelques jours son rapport sur le mal-logement en France. Cette question s’est rapidement invitée dans la campagne. Quel regard porte le gouvernement sur cette question ?

Le rapport de la Fondation Abbé Pierre reconnaît un certain nombre d’avancées qu’aucun gouvernement n’avait obtenues auparavant. Je pense notamment à l’ouverture inédite de 200.000 places d’hébergement pour les sans-abri, et de la fin de la « gestion au thermomètre » qui consistait à refermer chaque été les places d’hébergement ouvertes pendant l’hiver. 600 000 foyers ont également bénéficié de MaPrimeRenov’ en 2021, ce qui est une petite révolution pour la rénovation énergétique, si importante pour l’environnement et la facture d’énergie des ménages. Enfin, nous avons sur ce quinquennat plus de permis de construire délivrés que sur le quinquennat précédent. À titre personnel, je suis convaincue que la thématique du logement a toute sa place dans la campagne en tant que préoccupation majeure pour les Français. J’aurai à cœur de défendre notre bilan.

Antonin Tabard