Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Les Maires ruraux saluent la nomination de Dominique Faure

L’Union des maires de communes rurales de Saône-et-Loire (UMCR 71) et l’Association des maires ruraux de France félicitent pour sa nomination Dominique Faure, maire d’une petite ville (11.600 habitants) de la Métropole de Toulouse (800.000 habitants), au secrétariat d’État à la ruralité.

Dominique Faure devra être à l’écoute de nos problématiques… Les attentes des ruraux sont telles qu’elle devra réussir à mobiliser toutes les forces de la ruralité. Les élus ruraux seront présents pour relever les enjeux que l’État voudra assumer : accès aux soins, mobilité, école, emploi, numérique, culture et démocratie pour les habitants, qualité de l’alimentation et pouvoir d’achat ; liberté communale et autonomie des Maires dans la gestion communale. Le défi est énorme… Ce nouveau gouvernement perpétue malheureusement une hiérarchie en opposant villes et campagnes, avec un ministre délégué pour la Politique de la ville et un secrétaire d’État pour les 22 millions de ruraux…Chacun appréciera la subtilité gouvernementale ! Les maires ruraux prennent cependant leurs responsabilités en ouvrant la porte au dialogue. Ils rappellent le rôle clé qu’ils jouent déjà pour la réussite de la transition écologique « par le bas » et la nécessité de leur donner les moyens d’agir.

Se posent dès lors quelques premières questions simples : Aura-t-elle des moyens humains et financiers à la hauteur, avec une solide administration et une présence dans chaque ministère comme la politique de la ville en dispose depuis des années ? Obtiendra- t-elle des moyens financiers pour un agenda rural ambitieux ? Saura-t-elle créer un rapport de force capable de briser les tendances lourdes qui pénalisent le monde rural dans les politiques publiques d’État ? Parviendrat- elle à imposer une reconnaissance financière des services rendus par les communes et territoires ruraux ? Comment préserver un droit au développement, sans mise sous tutelle, compatible avec la lutte contre la vacance et celle contre l’artificialisation (ZAN) ? Pourra-t-elle faire valoir la spécificité des communes rurales pour obtenir un statut de l’élu auquel les précédents gouvernements ont renoncé ? Comment pourra-t-elle faire pour que les communes rurales soient exemptées des efforts budgétaires alors qu’elles sont pénalisées par des dotations inégales depuis des décennies ? Ce sont quelques-unes des questions que nous poserons à Dominique Faure dès que possible ! Rappelons que le pays est rural pour 88 % du territoire…95 % si l’on regarde la Saône et- Loire !

Union des maires de communes rurales de SAône-et-Loire (UMCR 71)