Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Au service de l’intérêt général

Mathieu Aufauvre. Le développement économique et le développement des territoires sont autant de sujets qui ont guidé sa carrière, parsemée de rencontres aux quatre coins de la France. Depuis 2019 au sein de la Banque des territoires, il en a pris la direction régionale en Bourgogne Franche-Comté au début de l’été.

De rencontres en déménagements, Mathieu Aufauvre a construit sa carrière autour de la notion de territoire. Il semblait donc logique qu’un an après la création de la Banque des territoires - direction de la Caisse des dépôts qui vient de fêter ses 205 ans - il intègre cette dernière, avant d’en prendre la direction régionale, en Bourgogne Franche-Comté, il y a quelques semaines.

Après un début de carrière dans le public au sein de collectivités et de préfectures, mais aussi dans le privé au sein du Medef, Mathieu Aufauvre a intégré la Banque des territoires un an après sa création, avant de prendre la direction régionale de cette dernière, en Bourgogne Franche-Comté, il y a quelques semaines. JDP

Né dans les Yvelines, c’est au Mans qu’il a grandi et y a passé toute son enfance jusqu’à ses 18 ans pour aller étudier à Marseille. « Cela a quelque chose de particulier parce que je quittais Le Mans pour Marseille, qui n’est pas tout à fait à côté, mais surtout parce que c’est finalement le début de mon parcours », confie Mathieu Aufauvre. En effet, s’il a choisi de quitter la Sarthe pour les Bouches-du-Rhône, c’est pour intégrer l’institut universitaire professionnel et débuter des études d’aménagement du territoire. « Finalement, l’aménagement du territoire était une thématique assez large qui englobait des questions sociétales, mais aussi économiques et environnementales, souligne-t-il. Je pense que j’avais déjà, au fond de moi et de par mon implication, notamment plus jeune dans le scoutisme, un certain attrait pour tout ce qui concernait l’approche environnementale au sens le plus large. J’aimais beaucoup de choses, mais ça n’en faisait pas un métier... même si c’est cet ensemble de chose qui m’a fait trouver ma voie, au fur et à mesure ». C’est d’ailleurs ce qui l’a mené, après sa maîtrise (bac+4), à se spécialiser en passant un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS, aujourd’hui bac+5) autour du développement économique et l’aménagement du territoire, à Avignon.

Un début de carrière dans le public

Très rapidement, la dynamique territoriale s’est inscrite comme une ligne directrice de son parcours professionnel. «  Au départ, je n’avais pas forcément conscience de l’intérêt général et ce n’est finalement qu’au cours de mes premières années de travail que j’ai compris que c’était en fait ma ligne de conduite.  » D’Avignon, Mathieu Aufauvre rejoint Saint-Amarin, en Alsace, pour y démarrer une carrière de responsable du développement économique au sein de la communauté de communes. « Nous étions dans une période assez difficile où certaines usines textiles fermaient leurs sites. La collectivité pour laquelle je travaillais a ainsi décidé de reprendre le foncier et de rebâtir un projet économique pour un territoire de 15.000 habitants et de se donner une chance de construire le monde de demain au niveau économique pour ce territoire. Il faut se souvenir qu’au début des années 2000, le territoire alsacien avait quasiment le plein emploi... Il fallait donc reprendre un site de plus de 40 hectares, le réaménager, réimplanter des entreprises autour du textile puisque c’était l’âme et l’histoire du territoire et le conserver, le développer et en faire un site touristique et économique », détaille-t-il.

«  Construire le modèle économique de demain en lien fort avec les territoires et au service de l’intérêt général est finalement le fil rouge de ma carrière  ».

À la suite de cette première expérience, Mathieu Aufauvre a intégré la préfecture de région Rhône-Alpes en tant que chargé de mission économique au sein du secrétariat général pour les affaires régionales, « une période particulière... c’était le début de la crise des subprimes et l’économie rhône-alpine a été fortement impactée. Je travaillais à la coordination de l’ensemble des dispositifs pour aider et accompagner les entreprises, comme la médiation de la Banque de France, le développement d’Oséo en son temps, la question des garanties bancaires apportées avec le médiateur du crédit... ». Deux ans plus tard, il finit par prendre les mêmes évolutions de postes à Paris, auprès du préfet de région Ile-de-France en tant que chargé de mission mutations économiques, emploi et formation. Un poste qui sera amené à évoluer, puisqu’il deviendra par la suite commissaire au redressement productif - « cela avait été apporté par Arnaud Montebourg (alors ministre de l’Économie, Ndlr) pour aider et accompagner les entreprises en difficulté » - et sera même amené à travailler sur l’attractivité dans le cadre de la construction du Grand Paris.

La Banque des territoires, comme une évidence

Fait de rencontres, son parcours le mène même à travailler 18 mois pour le Medef : « Je voulais voir ce qu’était l’interprofessionnel et le dialogue social, le monde patronal, l’organisation syndicale... Pendant ces 18 mois, j’ai rencontré des chefs d’entreprise capables de se mobiliser pour des causes, des structures, de manière bénévole... C’était quelque chose d’assez impressionnant à voir ! »
Mais c’est finalement vers la Banque des territoires qu’il s’oriente, un an après sa création. D’abord comme directeur délégué à Clermont-Ferrand, puis comme directeur régional adjoint et directeur du développement commercial et territorial en Auvergne-Rhône-Alpes : « Une grosse région avec une quarantaine de collaborateurs et un objectif très clair qui reprend les éléments clés de la Banque des territoires, à savoir conseiller, financer et opérer, le tout pour nos différents partenaires que sont les notaires, les bailleurs sociaux, les collectivités ou encore les entreprises et autres porteurs de projets privés. Toujours dans le sens de l’intérêt général ! D’ailleurs, le slogan de la Banque des territoires ne le cache pas, “l’intérêt général a choisi sa banque”. » Depuis le 1er juillet, Mathieu Aufauvre a rejoint la Bourgogne Franche-Comté pour prendre la direction régionale de la Banque des territoires, suite au départ à la retraite d’Antoine Bréhard. « Une direction régionale qui fonctionne bien et qui est, comme beaucoup de directions régionales à la Banque des territoires, déjà à pied d’œuvre pour appliquer tout ce que nous faisons et prenons », témoigne-t-il. S’il ne connaît pas encore la région, sinon la route des vins - « comme tout le monde », affirme-t-il -, « c’est une région qui semble attrayante et qui a de beaux arguments, avec un mixte économique autour du vin et du médico-social, mais aussi autour de l’industrie, sans oublier la dynamique de collectivités, à travers des Sem et autres structures... ». Mathieu Aufauvre se fixe d’ailleurs comme objectif premier de découvrir la Bourgogne Franche-Comté, d’aller à la rencontre des élus et de connaître les besoins des territoires, pour ensuite être utile aux projets des territoires et enfin faire rayonner la Banque des territoires pour qu’elle devienne un acteur incontournable. « Sur l’aspect managérial, je suis persuadé qu’en ayant des équipes qui s’épanouissent, qui sont heureuses d’être là où elles se trouvent et qui trouvent un sens à ce qu’elles font, on y arrive mieux tous ensemble. Ce sont nos équipes qui feront le rayonnement de la Banque des territoires. »

Antonin Tabard