Informations régionales économiques et juridiques
93e année

BZ4X : Toyota passe au tout électrique

Automobile. Le pionnier de la motorisation hybride a dévoilé son tout premier modèle exclusivement électrique, un SUV spacieux, attendu sur le marché au printemps prochain.

Toyota

On n’adressera pas de félicitations à celui qui a choisi le nom de la première Toyota 100% électrique : bZ4X. À l’évidence, ce n’est pas un poète. Et on est curieux de savoir comment cela se prononcera dans les différentes langues. Si on a bien compris le sens de cet acronyme pas très sexy, le « b » minuscule signifie beyond (au-delà) et le « Z » en capitale Zéro. Au « delà de zéro » : de zéro quoi ? Emissions bien entendu ! C’est le problème, il y en a qui ne suivent jamais. Quant au 4X, plus classique, il fait référence aux quatre roues motrices. Nous y sommes. Pas tout à fait car il existe aussi une version traction avant....

Des objectifs de réduction des émissions de CO2

La Toyota bZ4X constitue une grande première pour le géant japonais qui n’avait jamais proposé jusqu’à présent de voiture exclusivement électrique alors qu’il est l’incontestable pionnier de l’électrification avec deux décennies d’expérience dans le domaine des hybrides et hybrides rechargeables. Il était temps car du côté de la concurrence, les gammes s’enrichissent chaque jour ou presque de nouveautés 100 % électriques.

D’autant plus urgent que Toyota a annoncé publiquement des objectifs élevés en matière d’émissions de CO2 : une réduction de 100% à l’échelon européen en 2025 et au moins 50% de voitures zéro émission à son catalogue dès 2030. Le SUV bZ4X est élaboré sur une plateforme inédite spécifiquement dédiée à la future gamme électrique, ce qui a permis d’intégrer au mieux les batteries sous le châssis de façon à ne pas pénaliser l’habitabilité et le volume du coffre (452 litres) tout en assurant, une bonne répartition du poids entre les deux essieux et un centre de gravité abaissé, gage d’un comportement routier efficace.

Des panneaux solaires intégrés au toit

En matière de style, la première Toyota 100% électrique ne dévie pas de la ligne directrice actuelle de la marque. Le constructeur parle de « design puissant et épuré » et de forme en « tête de requin marteau » adoptée dans l’avenir par l’ensemble de la future famille bZ. Élément esthétique majeur : les spectaculaires protections noires de passage de roues qui donnent au SUV électrique une forte identité. À bord, Toyota met en avant sa volonté de privilégier « l’humain ». Cela se matérialise par un espace intérieur généreux, en particulier à l’arrière grâce à un empattement long, une planche de bord fine, épurée et basse, des commandes conçues pour avoir, dixit le constructeur, « les mains sur le volant et les yeux sur la route ».

Toyota

Le bZ4X bénéficie de la troisième génération du Toyota Safety Sense qui réunit un ensemble de systèmes d’aides à la conduite définis comme « un partenaire du conducteur ». Avec un objectif mis en avant : « zéro décès et blessure dans des accidents ». Une formule faisant écho à celle de Volvo. La liste des assistances est complète et intègre le nouveau truc tendance : le stationnement ou la sortie d’une place de parking commandée à distance sans personne au volant. Coeur (double) du SUV japonais, ses motorisations.

Plus de 450 km d’autonomie

Traction avant avec un moteur de 150 kilowatts (204 chevaux) ou intégrale de 159,6 kilowatts (215 chevaux). Les niveaux de puissance sont proches mais le second dispose d’un couple sensiblement plus élevé (336 Newton-mètres) et d’accélérations plus toniques (zéro à 100km/h en 7,7 secondes) d’une transmission aux quatre roues avec un bloc électrique implanté sur chaque essieu, d’un « Grip Control » et de modes de conduite permettant de s’adapter aux conditions de circulation difficiles : neige, boue... Autonomie, temps de recharge : le constructeur annonce plus de 450 kilomètres avant de passer par la borne et une demi-heure pour récupérer 80 % d’autonomie à partir d’un point rapide de 150 kilowatts. Des panneaux solaires intégrés au toit, disponibles en option sur les versions haut de gamme, peuvent générer de l’électricité.

Selon Toyota, ils permettraient de parcourir 1.800 kilomètres par an. La solide expérience de Toyota en matière de batteries lui permet d’avancer des performances d’exception : une capacité préservée à 90 % après dix ans d’utilisation ou 240.000 kilomètres. Idem pour le système de chauffage, un point névralgique des 100 % électriques. Pompe à chaleur en série, chauffage par rayonnement infrarouge et sièges chauffants en option : il suffit d’une minute pour la mise en température. Au-delà de sa technologie, Toyota proposera une offre « tout inclus » qui dépasse le simple achat ou la location longue durée en y associant un ensemble de services, destinés à assurer la tranquillité des clients. On l’a compris, la bZ4X est une voiture de son temps qui cherche à cocher toutes les cases.

Dominique Marée