Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Dacia Duster : revue de détails

Modèle. Après quatre ans de succès, la star populaire des SUV profite d’un restylage pour améliorer sa présentation et enrichir sa dotation. De quoi rester dans le coup.

Les projecteurs à LED intègrent la nouvelle signature lumineuse Dacia.

« Toujours scandaleusement accessible » : Dacia a le sens de la formule pour résumer le « nouveau » Duster. Les guillemets sont de rigueur car il ne s’agit pas tout à fait d’une nouveauté mais d’un lifting esthétique et d’une mise à jour technologique. Une modernisation bienvenue après quatre ans d’une carrière à succès pour le SUV, vendu à plus de 30 000 unités l’an dernier en France et 12e modèle le plus diffusé sur le marché national.

La silhouette immédiatement identifiable du Duster reste identique. Et pourtant, on perçoit au premier coup d’œil l’évolution stylistique qui prend exemple sur la dernière-née de la marque : la très réussie, Sandero. L’essentiel se passe à l’avant avec une calandre retravaillée et des projecteurs inédits à LED qui intègrent la nouvelle signature lumineuse de la marque en forme de flèche. Il faut y ajouter des clignotants à LED, eux aussi.

À l’arrière, l’évolution se concentre sur l’intérieur des blocs feux qui abandonnent leur forme de croix pour se convertir eux aussi à la flèche qui sera commune à l’ensemble des Dacia au fur et à mesure des renouvellements. Un becquet de toit redessiné et de nouvelles jantes alliage complètent ce rajeunissement extérieur.

À bord, on remarque immédiatement l’arrivée d’un grand écran-tablette tactile de 8 pouces, partagé avec la Sandero. Plus grand et plus lisible, doté de fonctions supplémentaires, il fait faire un bond en avant technologique au SUV d’origine roumaine.

Le reste est affaire de détails avec l’objectif d’améliorer le confort d’utilisation : les commandes de régulateur-limitateur de vitesse, installées de façon peu pratique sur la console centrale entre les sièges, migrent sur le volant multi-fonction, un accoudoir central coulissant est désormais disponible avec au dos deux prises USB. Les habillages de sièges sont nouveaux tout comme les appuie-tête empruntés à la dernière génération Sandero.

La finition Prestige plébiscitée par 80% des client

Sur le plan technique, cette 2e phase, se caractérise par une simplification de l’offre avec une division par deux du nombre de combinaison moteur boite transmisson qui passent de 26 à 13. Elle se matérialise aussi et surtout par le retour bienvenu de la boite automatique EDC à double embrayage qui n’était plus disponible. Initialement associée à un diesel, elle revient accouplée à la motorisation essence la plus puissante disponible, le 1.3 TCe de 150ch, exclusivement en version deux roues motrices. Cette boite EDC était attendue par les clients Duster.

Le Duster peut disposer désormais d’un écran tablette tactile de 8 pouces.

Quel dommage que la version 130ch de ce même bloc, voire le seul diesel maintenu au catalogue, le Blue dCI-115ch ne puisse en bénéficier. C’est un réel avantage en matière d’agrément au quotidien. Le Duster conserve par ailleurs son moteur Eco-G 100 fonctionnant à la fois au sans plomb et au GPL. Une proposition exclusive qui permet de réaliser des économies lorsqu’on fait le double plein mais aussi de disposer d’une autonomie record, plus de 1 250 km en normes conventionnelles.

Simplification également du coté des niveaux de finition. Dacia a supprimé celle de base, achetée par moins de 1% des clients. Les choix des acheteurs français de Duster se portent massivement sur les versions « Prestige », les plus généreuses en matière d’équipements de confort et d’agrément, qui représentent plus de 80% des ventes. Un véritable haut de gamme qui reçoit une climatisation automatique, un avertisseur d’angle mort, une navigation, une caméra de recul, des jantes alliage de 17 pouces en complément des radars de recul, vitres et rétros extérieurs électriques...

Moins d’options également au catalogue Duster mais il est souvent plus judicieux financièrement de passer au niveau de finition supérieur que de les additionner.

En supprimant la climatisation de la version de base « Essentiel », de nombreux acheteurs choisissant de s’en passer, Dacia a établi un tarif de base à 14 490 € avec la motorisation ECO-G 100 alors que la version la plus huppée (Prestige TCe 150 avec boite automatique EDC) culmine 22 400 €. Les unes et les autres sont « scandaleusement accessibles ».

Dominique Marée