Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Les 100% électriques émettent aussi des particules

Environnement. Les voitures électriques ne sont pas écologiquement irréprochables : elles émettent des particules fines liées au freinage, au frottement des pneus et au revêtement routier.

Particule électrique - polution - particule fines - environnement
0g de CO2 à l’échappement pour les voitures 100% électriques mais de multiples autres émissions de particules. (Crédit : DR).

Et si le tout électrique poussé jusqu’à l’excès par les instances européennes avait peu d’effets positifs sur l’environnement ? C’est ce que semble indiquer un communiqué de l’ADEME, l’agence étatique de l’environnement et de la maitrise de l’énergie, dont l’objectif des 1000 collaborateurs est d’encourager et de favoriser la transition écologique. Dans ce document, l’ADEME écrit de façon explicite : « On ne note pas un écart significatif d’émissions totales de particules entre les véhicules électriques à forte autonomie et les véhicules thermiques neufs actuels qui n’émettent quasiment plus de particules à l’échappement. » On ne saurait être plus clair !

Ce que semble confirmer un autre rapport, émanant de la Commission européenne, qui note que plus de la moitié des particules émises à l’échelon européen par les véhicules ne résultent pas d’émissions à l’échappement.

L’ADEME prend cependant soin d’ajouter : « Il ne faut pas oublier que les véhicules thermiques émettent des oxydes d’azote et des composés organiques volatils qui peuvent contribuer suivant les conditions atmosphériques à la formation de particules secondaires, ce qui n’est pas le cas des véhicules électriques. » On ne saurait être moins clair !

Autant dire qu’on n’y comprend rien et qu’il apparait difficile de se faire une juste opinion sur le sujet. Si les spécialistes de l’ADEME avaient cherché à dresser un écran de fumée - pas nocive il faut l’espérer - ils ne s’y seraient pas pris autrement. Cela explique les réactions diverses entre ceux qui défendent la voiture électrique et ceux qui doutent de son utilité écologique réelle. Chacun y a trouvé de quoi renforcer son pont de vue.

Emissions nocives : en cherchant, on trouve

Aucun doute par contre sur le fait que les 100% électriques émettent des particules lors des phases de freinage. Mais selon l’ADEME, ces poussières nocives sont nettement moins importantes que celles des véhicules thermiques. Raison majeure : on utilise peu les freins avec un modèle électrique, il suffit de lever le pied de l’accélérateur pour ralentir grâce à un frein moteur très puissant.

Pour ce qui est des particules émises par les pneus, celles produites par les 100% électriques apparaissent nettement plus importantes selon l’ADEME. Sans doute à cause de leur poids beaucoup plus élevé qui sollicite davantage les pneus, lesquels sont dans la plupart des cas de dimensions supérieures. Enfin, les particules liées à l’abrasion du revêtement routier n’apparaissent pas très différentes entre voitures thermiques et électriques.

Reste à évaluer la nocivité de ces particules. L’ADEME botte en touche, faute de disposer d’études permettant de trancher la question : « Il n’est pas certain que les concentrations réelles de particules hors échappement aient des effets significatifs ni que leur nuisance soit similaire à celle des autres polluants issus des gaz d’échappement ». Conclusion : on n’est pas très avancé !

Dominique Marée