Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Consommation : les vins de l’Yonne à la fête

Gastronomie. À l’occasion des réveillons de Noël et de la Saint-Sylvestre, Arnaud Deplanche, le propriétaire de la Cave de Toucy et ancien chef sommelier du restaurant étoilé La Côte Saint-Jacques de Joigny, recommande trois bouteilles festives à des prix très attractifs.

Il est de tradition d’ouvrir de belles bouteilles lors des fêtes de fin d’année. Mais comment se faire plaisir sans se ruiner ? Arnaud Laplanche nous fait découvrir trois pépites icaunaises authentiques et équilibrées qui raviront les papilles des connaisseurs en quête d’authenticité

  • Crémant de Bourgogne 100% Chardonnay (Caves de Bailly-Lapierre)

Le champagne est-il incontournable pour les fêtes ? La Bourgogne a sa botte secrète, son crémant. « Ce vin pétillant vif, pur et minéral est un crémant d’apéritif qui n’a rien à envier à un champagne. Surtout au prix très abordable de 10,00 euros. » Et c’est un Champenois qui vous le conseille !

  • Bourgogne Côte d’Auxerre 2015, cuvée Marianne (Maison Bersan)

Il y a bien sûr le Chablis, la star des vins blancs, mais l’Yonne recèle de nombreux trésors, notamment, dans les cépages de l’Auxerrois. « Nez fruité assez mûr, boisé fin, élégant, précis et pur, il se marie parfaitement avec les crustacés ou un joli turbot au beurre blanc. » Prix : 15,90 euros

  • Bourgogne Coulanges-la-Vineuse 2018, Les Vignes de l’Église (Maison Houblin-Vernin)

« Ce vin de caractère provient des coteaux les plus ensoleillés au Sud. Vin assez profond et intense. Il a beaucoup de finesse et d’élégance. Ce pinot noir est idéal pour accompagner les viandes en sauce comme le coq au vin ou les gibiers. » Prix : 25 euros.

Et si à la fin du repas, les convives s’éternisent et qu’un petit digestif s’impose. Le caviste poyaudin conseille un ratafia à la poire de la Maison Bon à Migé (19,50 euros). « Ce joli ratafia muté à l’eau de vie de poire au lieu du marc de Bourgogne va en surprendre plus d’un. ». Le tout, à consommer avec modération évidemment.

Stéphane Bourdier