Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Auxerre va (enfin) rénover son conservatoire

Aménagement. Lors des débats d’orientations budgétaires, le conseil municipal d’Auxerre avait confirmé sa volonté de moderniser le bâtiment. Les travaux dont le coût s’élève à 8,4 millions d’euros devraient débuter au printemps prochain.

Ville d'Auxerre

La rénovation et l’agrandissement du conservatoire de musique, danse et beaux-arts d’Auxerre figurent dans le projet de territoire de 2021-2031, présenté par l’équipe de Crescent Marault. De fait, cela pourrait être le premier grand chantier de la nouvelle mandature à être lancé. Au bord de l’Yonne, dans le quartier Rive droite, le bâtiment situé à proximité immédiate de la salle de musiques actuelles (Smac) - Le Silex - doit devenir, à terme, le pôle d’enseignement artistique de référence du département. Un projet qui traîne dans les cartons depuis de nombreuses années.

Outre des travaux d’accessibilité et d’amélioration de l’isolation thermique, le projet confié au cabinet icaunais Ubik Architecture prévoit, notamment, la création d’un nouvel auditorium de 150 places ainsi qu’un espace spécifique pour la pratique de la danse. Pendant toute la durée de réhabilitation des installations, qui doit s’achever au dernier trimestre 2024, les activités du conservatoire seront transférées à l’Institut national supérieur du professorat et de l’éducation (Inspé), rue des Moreaux.

Plus qu’un projet culturel et artistique

Cette modernisation s’accompagne d’un vaste programme d’aménagement de l’espace urbain. La cour du conservatoire, prolongée jusqu’à l’esplanade du Silex, va être transformée en un espace végétalisé qui atteindra la rive de l’Yonne sur laquelle sera créé un ponton. La voie sur la berge sera exclusivement réservée à la circulation des vélos et des piétons, et cela, jusqu’au pôle de l’université de Bourgogne (uB). L’ensemble de ces travaux, voirie comprise, représente un investissement de l’ordre de 8,4 millions d’euros, dont près de 2,5 millions d’euros injectés par la municipalité auxerroise.

Stéphane Bourdier