Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Cédric Clech : « Replacer Tonnerre au cœur de l’Yonne »

Territoire. Placée sous l’éteignoir de 20 ans de désindustrialisation, l’ancienne sous-préfecture de l’Yonne semble retrouver des raisons de croire en des jours meilleurs. Pour son maire, les premiers signes d’un renouveau pointent déjà à l’horizon.

Cédric Clech : « Replacer Tonnerre au cœur de l'Yonne »
Lieu emblématique de la cité du Chevalier d’Éon, la Fosse Dionne doit faire l’objet de travaux de restauration dans les prochaines années. (crédit JDP)

Vous êtes un nouveau venu en politique et c’est votre premier mandat de maire. Quel bilan dressez-vous de la situation à Tonnerre ?

« En moins de 20 ans, notre ville est passée de plus de 7.000 habitants à 4.500 dans un contexte économique que nous connaissons tous. L’ensemble des infrastructures culturelles ou sportives, comme la piscine, appartient encore à la ville alors que dans la plupart des territoires, elles sont gérées par les communautés de communes. Les investissements sur la voirie ont été délaissés par la précédente municipalité. Nous allons, par exemple, consacrer 300.000 euros à la réhabilitation de nos rues pour le quotidien des habitants et l’image de la ville. Nous nous attachons à conclure des partenariats avec le conseil départemental, le conseil régional et l’État. La signature de la convention « Opération de revitalisation du territoire » (ORT), dans le cadre du dispositif « Petites villes de demain », en est une illustration. Ma première préoccupation est de replacer Tonnerre au cœur de l’Yonne, et plus largement sur la carte de la Bourgogne Franche-Comté. »

Quels sont les grands axes de la politique que vous souhaitez mener avec votre majorité ?

« Nous nous appuyons sur le programme pour lequel nous avons été élus : Rénover, bâtir, rayonner. Nous avons un patrimoine remarquable comme l’Hôtel-Dieu - le plus vaste hôtel-dieu d’Europe -, la Fosse Dionne ou encore l’Hôtel d’Uzès. Il faut le sublimer pour le cadre de vie des Tonnerrois et pour les nouveaux arrivants qui viennent s’installer depuis le déconfinement. Nous allons construire une vraie politique sociale afin d’accompagner le public fragilisé vers le retour à l’emploi plutôt que de le marginaliser. Avec l’aide du département, nous allons mettre en place un service inédit de régie sociale qui devrait être labellisée dans les deux ans. Enfin, nous allons faire en sorte que Tonnerre puisse de nouveau rayonner, c’est le sens de la rénovation du cinéma-théâtre - labellisé Art & Essai - pour lequel 1,6 million d’euros va être investi et dont la réouverture est prévue début 2024. C’est aussi l’objectif du festival Les Millésimes porté par Lambert Wilson, consacré à la musique classique : proposer une programmation prestigieuse pour le public tonnerois avec un enjeu, l’inclusion de tous. »

« Tester et innover »

Cédric Clech : « Replacer Tonnerre au cœur de l'Yonne »
Producteur parisien et enfant du pays, Cédric Clech a été élu dès le premier tour lors des dernières élections municipales. Il siège également au conseil départemental de l’Yonne. (Crédit : Ville de Tonnerre)

Quels sont les premiers signes avant-coureurs de cette nouvelle dynamique ?

« En deux ans, nous avons enregistré 10 ouvertures de commerce en centre-ville, des commerces de proximité comme un chausseur ou un boucher-charcutier, ainsi que des jeunes créateurs comme un ébéniste ou un concepteur de kaléidoscope. L’ouverture de CréaSup Digital - l’institut du numérique - a inauguré sa troisième rentrée, cette année, et c’est un vrai succès. Nous avons 160 étudiants dans notre ville ce qui fait qu’une ville comme la nôtre se transforme en véritable cité étudiante. Des investisseurs sont venus réhabilités des appartements, un mouvement sans précédent. La rénovation de l’habitat est un enjeu essentiel.

En tant qu’entrepreneur, je souhaite que la ville puisse tester et innover, comme avec Tonnerre Innov’ que nous avons mise en place avec le Centre de développement économique du Tonnerrois (CDET) ou telle la campagne d’affichage publicitaire que nous avons lancée dans les gares et les métros parisiens avec l’office de tourisme du Chablisien et du Tonnerrois. Même si la ville ne détient pas la compétence économique, nous restons très attentifs à la santé de nos entreprises et aux porteurs de projet.

Nous sommes, certes, une petite ville de 4.500 habitants mais nous sommes au cœur d’une zone de chalandise de 30.000 personnes avec des infrastructures de qualité comme le centre hospitalier ou la gare ferroviaire, et nous bénéficions d’un patrimoine exceptionnel à moins de deux heures de Paris. »

Stéphane Bourdier