Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Des subventions pour rouler plus propre

Transport. Deux projets du Doubs ont été retenu dans le cadre de l’appel à projets transports collectifs en site propre et pôle d’échange multimodaux lancé par l’Etat. Le Grand Besançon et le Pays de Montbéliard vont ainsi bénéficier d’une subvention pour faire avancer leurs projets.

A Hérimoncourt, les travaux se poursuivent jusqu’en 2023 pour aménager le tracé de la nouvelle ligne de bus. Photo Pays de Montbéliard Agglomération

900 millions d’euros vont être distribués aux collectivités en France dans le cadre de l’appel à projets transports collectifs en site propre et pôle d’échange multimodaux. Profitant du plan France Relance à hauteur de 450 millions d’euros, il porte d’abord sur la desserte de quartiers prioritaires de la politique de la ville, d’agglomération concernée par une future zone à faibles émissions mobilité, sur l’utilisation de véhicules routiers zéro émission ou sur la mise en place de politique d’urbanisme en lien avec le projet de transport.

L’appel s’adressait également aux projets de pôles d’échanges multimodaux localisés au sein d’une communauté de communes. Sur les 159 projets retenus, deux se situent dans le Doubs. Le Grand Besançon s’inscrit dans la démarche de pôle multimodal et va profiter de 140 000 euros de subvention tandis que le Pays de Montbéliard pourra s’appuyer sur une enveloppe de 300 000 euros pour aménager une nouvelle ligne de bus.

L’exemple du pays de Montbéliard

Depuis janvier 2021, les travaux de la troisième ligne de Transport à Haut Niveau de Service, THNS, ont débuté. Cette ligne a pour objectifs d’optimiser l’efficacité du transport et d’améliorer le confort des usagers entre Sainte-Suzanne et Hérimoncourt. Pour y parvenir, plusieurs éléments structurants vont être mis en place tels que la priorisation des bus sur six nouveaux carrefours à feux ainsi que l’aménagement des 13 existants, la gestion de ces feux de signalisation depuis un poste central de régulation du trafic mais aussi l’achat de bus avec motorisation GNV.

Cette future ligne se pense également en complémentarité avec des projets de cheminements piétons et cycles. Une piste cyclable contiguë au tracé verra le jour sur six kilomètres tandis que la THNS 3 fera un peu plus de 20 kilomètres. La future ligne devrait être mise en service en 2023.

Nadège Hubert