Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Dijon dévoile son programme Grande ambition éducative 2030

Éducation. Lors de son dernier conseil municipal, la ville de Dijon a présenté à ses élus son programme “Grande ambition éducative 2030”. À la clé, une enveloppe d’investissements de 75 millions d’euros pour la rénovation de ses écoles, qui s’inscrit dans la droite lignée d’une politique ambitieuse.

Des travaux d’aménagement en vue de la création d’un pôle Ulis ont été réalisés au sein du Groupe scolaire Chevreul pour un montant total de près de 425.000 euros. David Vong / Ville de Dijon

« En votant son budget primitif, la ville de Dijon engage aujourd’hui une nouvelle phase de sa politique éducative en adoptant le principe de la création d’une autorisation de programme permettant d’investir massivement dans un grand plan pluriannuel de rénovation des 76 groupes scolaires dijonnais, conformément aux engagements pris dans le programme de mandat, afin de disposer d’un patrimoine scolaire exemplaire de 200.000 mètres carrés à l’horizon 2031 », a annoncé la collectivité dans un communiqué. Sous le nom de code “Grande ambition éducative 2030”, se résume la politique ambitieuses conduite par la ville en faveur de l’éveil, de l’apprentissage, de l’ouverture et de l’épanouissement des enfants et des jeunes de moins de 26 ans.

Si depuis 2001, la ville de Dijon a déjà investi près de 65 millions d’euros pour réaliser des travaux dans les écoles élémentaires et maternelles, mais aussi dans les accueils périscolaires et les accueils extrascolaires, dans le but d’améliorer le cadre d’apprentissage et de loisir des petits Dijonnais, le conseil municipal a voté, lundi 13 décembre, un budget d’investissement d’un montant de 75 millions d’euros pour les dix prochaines années. D’après la municipalité, « ce budget d’investissement d’un montant sans précédent [...] répond à trois grands enjeux de [notre] action : la réussite éducative de tous les élèves, avec un soin tout particulier apporté à l’accessibilité des élèves en situation de handicap, l’adaptation des bâtiments scolaires et de leur environnement proche au changement climatique et la volonté de maintenir un haut niveau d’investissement pour une ville agréable à vivre et le maintien d’un service public de haute qualité ».

Dans son communiqué, la ville de Dijon explique par ailleurs que « la gestion efficace et volontariste du patrimoine scolaire fait partie intégrante des leviers d’action de la municipalité en matière éducative en ce qu’elle concourt à offrir aux professionnels et aux enfants un cadre d’apprentissage adapté, fonctionnel et confortable ».

Quatre axes stratégiques

Dans le détail, le programme “Grande ambition éducative 2030” a été construit autour de quatre axes stratégiques. Après la suppression déjà réalisée de plus de 10.000 mètres carrés de bâtiments préfabriqués dans les écoles, six groupes scolaires (Marmuzots, Colombière, Larrey, Joséphine Baker, Voltaire, Eiffel) comprennent encore des bâtiments en préfabriqués vétustes et hautement énergivores.

Des travaux de rénovation ont notamment été faits dans l’école maternelle Voltaire pour une enveloppe de plus de 91.000 euros. David Vong / Ville de Dijon

Une large opération de suppression des préfabriqués mobilisera des crédits annuels variant de un à huit millions d’euros jusqu’en 2031. La ville entend également accélérer le programme d’entretien, de rénovation et de traitement énergétique des autres bâtiments scolaires. Un programme de désimperméabilisation et de végétalisation des cours d’école sera aussi développé, ainsi que la requalification des espaces de jeux et le réaménagement des abords des écoles.

Enfin, la collectivité affirme sa volonté d’accompagner des actions pédagogiques innovantes et d’accélérer l’usage du numérique dans les écoles. Dans ce cadre, un fonds d’innovation permettra, dès 2022, de déployer des équipements numériques. Parmi les 75 millions d’euros de budgets annoncés, 33 millions d’euros seront engagés pour la suppression des préfabriqués et quatre millions d’euros pour l’innovation et la transition numérique. Une enveloppe de 28 millions d’euros sera réservée à la rénovation et la modernisation des écoles et une autre de dix millions d’euros permettra de traiter leurs cours et abords.

Antonin Tabard