Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Fusion réussie pour l’USH BFC

Habitat. La dernière assemblée générale extraordinaire de l’Union sociale pour l’habitat de Bourgogne Franche-Comté (USH BFC) a procédé à la fusion absorption des deux associations territoriales, l’USH Bourgogne et l’USH Franche-Comté.

Marie-Hélène Ivol préside l’USH BFC depuis maintenant un an. TERRITOIRE HABITAT

Il s’agissait de son principal objectif de mandat, un an après son élection à la présidence de l’Union sociale pour l’habitat de Bourgogne Franche-Comté (USH BFC), Marie-Hélène Ivol a mené à bien, avec l’ensemble des équipes des organismes représentés, la fusion absorption des deux associations territoriales, à savoir l’USH Bourgogne et l’USH Franche-Comté. Un processus acté officiellement le 3 décembre dernier, lors d’une assemblée générale extraordinaire qui s’est déroulée à Dole.

« C’était une commande de notre fédération nationale (la Fédération nationale des associations régionales Hlm, Ndlr), se souvient Marie-Hélène Ivol. Depuis la loi NOTRe et la fusion des régions administratives, la Fnar avait demandé à chacune des anciennes associations régionales de se réunir sous n’importe quelle forme mais pour qu’il n’y ait plus que 13 interlocuteurs. Nous avons donc déjà créé l’association régionale Bourgogne Franche-Comté en 2017 qui n’avait pour adhérents que les deux associations territoriales, pour pouvoir entamer le dialogue et les réflexions autour de la fusion absorption des USH Bourgogne et Franche-Comté ».

Ainsi ces deux USH ne font plus qu’une au sein de l’USH BFC. Depuis le 1er janvier, l’USH BFC présidée par Marie-Hélène Ivol, par ailleurs présidente de Territoire Habitat, est dirigée par Anne Schwerdorffer avec une présence à la fois sur Dijon et sur Besançon afin de conserver un niveau de proximité adapté à l’action en territoires de l’inter-organisme.

Changer le regard sur le logement social

Si l’USH BFC représente aujourd’hui 29 organismes sur la région regroupant 3.500 collaborateurs et logeant 13% de la population, 500 millions d’euros injectés dans l’économie régionale, 2.000 logements neufs construits, 2.600 rénovés et environ 1.000 démolis chaque année générant 5.000 emplois dans le BTP, le logement social mériterait de voir son image changée, selon la présidente : « Nous avons beaucoup d’a priori sur le logement social et il faut absolument que nous arrivions à les casser. Maintenant, le logement social rime avec logement de qualité. Nous avons changé notre manière de faire et nous sommes à la pointe de l’innovation ».

Antonin Tabard