Informations régionales économiques et juridiques
93e année

L’ESS au secours des territoires ruraux

Education. A Tramayes (71), L’institut d’enseignement supérieur entend redynamiser l’économie de la ruralité en s’inspirant de l’Économie Sociale et Solidaire.

Les cinq fondateurs de l’Institut d’Enseignement Supérieur de Tramayes. (Crédit : Institut de Tramayes).

L’économie de demain se joue t-elle dans la ruralité ? C’est en tous cas la conviction des cinq cofondateurs de l’Institut d’Enseignement Supérieur qui accueillera ses dix premiers étudiants post-bac dès la rentrée d’octobre. Au programme : un cursus, en trois ans, focalisé sur trois axes : les sciences humaines et sociales, l’apprentissage d’un métier manuel et les sciences de gestion.


> LIRE AUSSI : Résidence Porte de Paris à Auxerre : De la contrainte naît l’esthétisme architectural


L’objectif de ce cursus est de donner les clefs aux futurs étudiants de la création d’entreprise dans la ruralité en leur fournissant une formation solide mais surtout de promouvoir la création d’entreprise dans les communes rurales par des partenariats avec les CFA mais aussi les communes, les communautés de communes et les entreprises. Installé dans dans l’ancienne école élémentaire de Tromoyes, village de 1030 habitants, l’institut, est porté par Valentin Bertron, Guillaume Moraël, Marie Ploquin, Axelle Coumert, Benjamin Destremau, cinq anciens d’Arcenciel France, une association émanant de Arcenciel Liban fondée en 1985 en pleine guerre et qui promeut l’économie sociale et solidaire et la coopération internationale.

Éducatif et idéologique

S’il est économique le projet est aussi idéologique et l’Institut se base d’ailleurs sur un manifeste qui entend former les humains plus que des ouvriers par une éducation qui se consacre autant à l’application des méthodes de travail, qu’à l’ouverture vers le monde.

Pour les fondateurs de l’institut, ce nouveau mode d’enseignement inspiré de l’éducation populaire du XIXe siècle permettra de redynamiser les territoires ruraux mais aussi de promouvoir la diversité culturelle, économique, intellectuelle de territoires souvent considérés comme des territoires en sommeil. A terme, l’objectif est de créer une synergie entre tous les porteurs de projets, institutionnels, entreprises afin de refabriquer les territoires et de voir de nouveau fleurir artisans, commerçants, exploitants dans les petites communes.

Antoine Gavory