Informations régionales économiques et juridiques
93e année

L’État déploie son plan de réduction des tensions de recrutement en région

Formation. En 2022, l’État et la région Bourgogne Franche-Comté mobilisent des moyens supplémentaires pour l’emploi et la formation au travers du Pacte régional d’investissement dans les compétences.

La ministre du Travail Elisabeth Borne et la présidente de la région Bourgogne Franche-Comté Marie-Guite Dufay ont signé un nouvel avenant au Pacte d’investissement dans les compétences, aux côtés de Carine Seiler, haut-commissaire aux compétences, et le préfet de région Fabien Sudry, ainsi qu’Olivier Grimaitre et Bernard Gaulier, vice-présidents du Comité régional de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelle de Bourgogne Franche-Comté. CR BFC

En déplacement en Côte-d’Or jeudi 10 mars, la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion Elisabeth Borne a signé le premier avenant aux pactes régionaux d’investissement dans les compétences (Pric) pour le déploiement du plan de réduction des tensions de recrutement en Bourgogne Franche-Comté.

«  Il est essentiel que le plan de réduction des tensions de recrutement continue de se déployer au sein de chaque bassin d’emploi pour qu’il réponde au plus près aux besoins des entreprises. Il a déjà permis de remettre en activité un grand nombre de demandeurs d’emploi de longue durée. Il est important que tous les acteurs engagés restent pleinement mobilisés pour que cela se poursuive et mettre fin à la situation paradoxale dans laquelle des entreprises ne parviennent pas à recruter quand des demandeurs d’emploi restent durablement éloignés du marché du travail  », a-t-elle déclaré, aux côtés de Carine Seiler, haut-commissaire aux compétences, Fabien Sudry, préfet de la région Bourgogne Franche-Comté, et la présidente de région Marie-Guite Dufay, accompagnée d’Olivier Grimaitre et Bernard Gaulier, vice‐présidents du Comité régional de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelle de Bourgogne Franche‐Comté.

Mise en place de solutions partenariales

«  Cet avenant renforce le partenariat entre l’État et la région pour enrayer les tensions de recrutement réapparues dans certains secteurs économiques avec la reprise, mais aussi accompagner les personnes les plus éloignées de l’emploi, dont les chômeurs de longue durée  », explique le Conseil régional. Pour ce faire, alors qu’un budget de 1,64 milliard d’euros est prévu pour l’année 2022 au niveau national, la mobilisation s’élève, en Bourgogne Franche-Comté, à 83,367 millions d’euros pour la région et 80,778 millions d’euros pour l’État.

En 2021, les engagements réciproques entre l’État et la région, en lien avec Pôle emploi, avaient permis de déployer des actions majeures innovantes afin d’adapter les formations aux besoins des publics les plus vulnérables, mais aussi aux besoins des entreprises et secteurs qui recrutent, ou encore afin de soutenir des projets innovant adaptés aux besoins des territoires. Grâce à ce pacte régional enrichi de nouvelles actions pour 2022 et 2023, un plan de compétences à destination des métiers en tension a été élaboré. Dans ce cadre, les deux parties s’engagent à mettre en place en 2022 2.085 parcours de formation supplémentaire et à faciliter l’accès des demandeurs d’emploi de longue durée aux formations, en sécurisant les parcours, en les adaptant aux besoins de ces publics, en permettant l’acquisition des savoirs fondamentaux et des savoir-être et en renforçant le lien entreprises et les métiers en tensions.

Enfin, de nouvelles actions seront expérimentées pour répondre aux difficultés de recrutement, notamment par le déploiement de parcours de formation intégrés et sécurisés, avec phase finale en emploi, ainsi que par la mise en place de solutions partenariales, territorialisées et adaptées pour lever les freins à l’entrée en formation des publics. En contrepartie de cet engagement des partenaires sur 2022, l’avenant prévoit la prolongation du Pric d’une année supplémentaire, pour 2023.

Antonin Tabard