Informations régionales économiques et juridiques
93e année

L’université de Franche-Comté récompensée aux Hydrogénies

Récompense. La formation CMI, cursus master ingénierie H3E Hydrogène énergie et efficacité énergétique, de l’université de Franche-Comté a remporté le prix de la Sensibilisation, de l’Education et de la Formation du concours Hydrogénies 2022, les trophées de l’hydrogène.

UFC

La troisième édition du concours Hydrogénies, les trophées de l’hydrogène récompense les acteurs les plus dynamiques et innovants du secteur de l’hydrogène en France. L’université de Franche-Comté a reçu le prix de la « Sensibilisation, de l’éducation et de la formation » pour son Cursus master ingénierie (CMI) H3E, une formation de pointe dédiée aux étudiants, de la licence au master, intéressés par le développement de l’hydrogène et des énergies renouvelables.

Au service de l’innovation

« Ce prix est une très belle reconnaissance de l’engagement placé au service de l’innovation et du développement de la filière hydrogène de l’université de Franche-Comté. Il nous encourage à poursuivre nos actions dans cette voie de l’excellence. C’est à la fois une grande fierté, mais aussi, et surtout, une immense responsabilité ; celle d’offrir à nos étudiants une formation de qualité qui leur donnera les clés du monde de demain », explique Nadia Yousfi Steiner, directrice du cursus master en ingénierie Hydrogen energy & energy Efficiency (H3E).

Le CMI est une formation du réseau Figure délivrée à l’Unité de formation et de recherche (UFR) Sciences techniques et gestion de l’industrie (STGI) de l’université de Franche-Comté, à Belfort. Ce cursus propose cinq ans de formation complète : se rajoutent aux modules scientifiques, des cours destinés à développer les soft skills des étudiants pour qu’ils accèdent à des métiers à responsabilité dans le secteur de l’énergie. Nadia Yousfi Steiner recevra le prix le mardi 15 mars à l’Assemblée Nationale lors d’une cérémonie organisée par le groupe d’études sur l’hydrogène, en partenariat avec l’Ademe et France Hydrogène.

Frédéric Chevalier