Informations régionales économiques et juridiques
92e année

La musique fait ses classes à la Saline

Musique. La société Music@ampus vise à créer à la Saline royale d’Arc-et-Senans un centre international d’enseignement et de services numériques musicaux à distance pour une clientèle d’étudiants, de professionnels et de mélomanes passionnés : la Saline royale academy.

DR

Fondée sur la sauvegarde et la diffusion du patrimoine musical dans sa dimension pédagogique : la transmission de maître à élève, la création de la start-up Musi@ampus s’inscrit dans le cadre Programme d’investissements d’avenir (PIA) de l’Etat. Le projet a été sélectionné et cofinancé dans le cadre de l’Appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour l’investissement dans des projets innovants de valorisation de la culture et du patrimoine par le numérique opéré pour le compte de l’État par la Banque des Territoires.

Installé au coeur du site Unesco de la Saline royale d’Arc-et-Senans, ce projet inédit qui regroupe une académie de musique, des studios d’enregistrement et une plateforme de streaming, ambitionne de relever trois défis : créer le plus complet et le plus prestigieux catalogue international de masters class filmées de musique classique et baroque, offrir une chance aux jeunes musiciens du monde entier de réaliser leur rêve et d’ouvrir leur carrière à l’international en suivant les enseignements des plus grands Maîtres de musique lors d’académies en présentiel à la Saline royale, et en accédant à tout moment, sans contraintes ni limites, à l’excellence de l’enseignement musical online sur le site salineroyaleacademy.com et enfin, « sauvegarder, en haute définition, le patrimoine exceptionnel que représente la richesse et la diversité des enseignements musicaux et des techniques des plus grands Maîtres, face à l’uniformisation des jeux et des styles, que l’on constate depuis quelques années dans les concours », défend Hubert Tassy, directeur de l’Établissement Public de coopération culturelle (EPCC) de la Saline Royale d’Arcet-Senans.

Un site qui, depuis 2015, a renoué avec son passé musical (la Saline a notamment créé, dans les année 1990, l’Orchestre français de jeunes et le concours Juventus). Il accueille en résidence depuis 2016 le célèbre musicien Jordi Savall et son ensemble orchestral Le Concert des Nations.

Un projet universel

Le projet de Saline royale academy prendra corps physiquement dans la berne Est de la Saline royale. Cet ancien lieu de production du sel au XVIIIe siècle, deviendra une salle de spectacles et de congrès équipée, chauffée et climatisée qui permettra d’accueillir davantage de colloques, de séminaires et de concerts tout au long de l’année, y compris en hiver. Au premier étage, l’aménagement de 1.000 mètres carrés de combles (jamais utilisés depuis 1937) permettra d’installer, quatre salles de cours, six studios de répétitions avec pianos et les studios insonorisés d’enregistrement HD, dédiés aux masters class diffusées en ligne. Des enregistrements qui ont d’ailleurs déjà commencé. « Les premières sessions de la Saline royale Academy ont été ainsi filmées chez notre voisin propriétaire du château de Roche, vivement séduit par notre projet », relate Hubert Tassy.

« Ce sont quelques 120 vidéos qui vont prochainement être mises en ligne, constituant les premières briques du plus prestigieux catalogue filmé de masters class », appuie Marc Coppey, directeur artistique de l’école, considéré comme l’un des violoncellistes les plus éminents d’aujourd’hui. Pour réaliser ces captations audiovisuelles, la Saline a fait appel à la société Omnilive qui couple, aux techniques vidéo multi-caméras, les méthodes numériques du deep-learning, afin d’offrir une expérience utilisateur unique. « Des algorithmes d’analyse et de suivi des élèves musiciens en distanciel permettront ainsi de mesurer leur progrès, de les évaluer et de les conduire efficacement vers la réalisation de leurs objectifs professionnels », explique Cyril Zajac, fondateur d’Omnilive.

La plateforme de streaming est, elle, confiée au Collectif MBC, basé à Saint-Vit, dans le Doubs. Ce site doit permettre aux abonnés internationaux de s’évaluer, se comparer aux autres sur la scène internationale, de se perfectionner techniquement et stylistiquement, de se préparer pour un concours, ou encore de se faire repérer par un Maître, un orchestre... « Pour les Maîtres, c’est l’opportunité de laisser une trace de son enseignement avec l’assurance d’une grande qualité de réalisation, et la garantie d’une durabilité de cette archive et de la promotion internationale qui lui sera dédiée », évoque Hubert Tassy.

Une demande croissante

Si la partie dématérialisée de La Saline royale Academy permet de répondre à la demande croissante d’enseignements liés à la musique classique dans le monde et plus particulièrement en Asie, le projet sur le site d’Arc-et-Senans fait également la part belle au présentiel en proposant un programme pédagogique ambitieux en musique classique mais aussi en musiques d’orient et de tradition orale. Labelisé établissement d’enseignement privé, il permet la délivrance des crédits ETCS, conçu pour aider les étudiants à se déplacer plus facilement d’un pays à l’autre dans le cadre de la validation de leur cursus.

Sur place, 30 étudiants seront encadrés par six professeurs-artistes de premier plan présents sur les grandes scènes internationales et/ou enseignants dans les grandes institutions européennes, américaines ou asiatiques. « Nous avons déjà tissé des partenariats avec la Colburn School de Los Angeles, le Royal college of music de Londres et la Royal irish academy of music de Dublin », énumère Hubert Tassy, qui voit dans la concrétisation d’une idée née en 2003 : « un projet universel à l’image de ce que fut, en son temps, celui de l’architecte Claude Nicolas Ledoux ».

Frédéric Chevalier