Informations régionales économiques et juridiques
93e année

La tour sud de la cathédrale de Sens en travaux

Patrimoine. Inscrit dans le cadre du « plan cathédrales », les travaux de restauration se poursuivent à la cathédrale Saint-Étienne de Sens. L’État investit 2,6 millions d’euros pour assurer l’étanchéité de la toiture et effacer les traces du temps sur les façades ouest et sud de la tour sud.

La Cathédrale de Sens Ville de Sens

La plus ancienne cathédrale gothique du Monde s’est parée de métal pour les prochains mois. L’impressionnant échafaudage de 62 mètres de hauteur qui enlace la tour sud a nécessité près de trois mois de montage pour permettre aux hommes de l’Art d’effectuer les travaux. Maçonnerie et remplacement des pierres, restauration des sculptures par aérogommage, réfection d’abats-sons du grand beffroi, les opérations vont s’étaler jusqu’en 2023.

Sous maîtrise d’ouvrage de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) de Bourgogne-Franche-Comté et sous maîtrise d’œuvre de l’architecte en chef des Monuments historiques, ce programme a été entièrement financé par le « plan cathédrales » doté de 80 millions d’euros. Il succède à un précédent volet consacré à la sécurité de l’édifice, mis en place à la suite de l’incendie de Notre-Dame de Paris.

D’autres travaux à venir

« Ce chantier devrait se poursuivre notamment par la restauration du portail Saint-Étienne dont l’étude de diagnostic est en cours, l’éclairage intérieur, la restauration des vitraux du transept et la couverture de l’aile des écuries », précise la préfecture de l’Yonne. Une nouvelle tranche de travaux qui devrait intervenir dès l’année prochaine et dont le montant pourrait atteindre, là aussi, 2,6 millions d’euros.

En Bourgogne, quatre des six cathédrales ont été inscrits dans le plan France relance. Outre Saint-Étienne de Sens, la cathédrale Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte de Nevers (3,4 millions d’euros), la cathédrale Saint-Lazare d’Autun (un million d’euros) et la cathédrale Sainte-Bénigne de Dijon (2,6 millions d’euros) vont faire l’objet de travaux de restauration et de mise en sécurité.

Stéphane Bourdier