Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Le Grand Sénonais se dote d’un CRTE, une première dans l’Yonne

Transition écologique. Ce Contrat de relance et de transition écologique (CRTE) signé, lundi dernier, entre la présidente de la communauté d’agglomération du Grand Sénonais, Marie-Louise Fort, le président du conseil départemental de l’Yonne, Patrick Gendraud, et le préfet de l’Yonne, Henri Pévost, dévoile les ambitions du territoire pour les années à venir.

À l’aune de la crise sanitaire qui a vu de nombreux citadins s’éloigner des grandes métropoles, le Sénonais entend bien profiter de sa position géographique privilégiée, à la porte sud de l’Île-de-France, pour devenir un territoire des plus attractifs. En adoptant un Contrat de relance et de transition écologique (CRTE), la communauté d’agglomération du Grand Sénonais, qui regroupe 27 communes et compte 60.000 habitants, ambitionne d’amplifier la relance économique et d’accompagner les transitions, à la fois, écologique, démographique et numérique.

Ce projet de territoire imaginé pour les 15 prochaines années s’articule autour de cinq axes majeurs : la cohésion sociale et territoriale, la sécurité des Hommes et de leur milieu, l’innovation au service de la transition écologique, le rayonnement du Grand Sénonais et l’identité du territoire. Des orientations stratégiques qui se veulent, avant tout, pragmatiques et structurantes.

Changement de paradigme

« Cette nouvelle donne nous oblige. Nous devons agir fort aujourd’hui pour préparer demain, pour l’avenir de ce territoire, pour anticiper les besoins et aspirations de ses populations actuelles et futures », a affirmé Marie-Louise Fort lors de la signature. Fort, et surtout rapidement ! Redynamisation des centres-bourgs, renforcement des services de santé de proximité, coordination optimisée de la lutte contre la délinquance, développement fluvial et ferroviaire, sobriété énergétique… ce plan d’actions balaie un large spectre.

Dès cette année, plusieurs programmes doivent être lancés, en lien, pour certains, avec le Pôle métropolitain Bourgogne - Sud Champagne - Portes de Paris, comme la création d’une voie verte entre Sens et Troyes. Une antenne du Cnam (Conservatoire national des Arts & Métiers) doit, par exemple, ouvrir ses portes au sein de l’Amphi, le nouveau pôle d’enseignement supérieur du Grand Sénonais.

Stéphane Bourdier