Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Le Haut-Doubs ne veut plus polariser sur le ski

Tourisme. Face au changement climatique, les stations de ski doivent s’adapter. Dans le Doubs, Métabief s’adapte et s’ouvre de plus en plus à d’autres activités, comme le montre la nouvelle piste de luge sur rail inaugurée en juillet dernier.

Le Pays du Haut-Doubs renforce sa position sur les activités extérieures. (Crédit : Ben Becker).

La montagne gagne de plus en plus les touristes en été et Métabief ne fait pas exception à la règle. À côté des 300.000 journées de ski enregistrées en hiver, la station attire également aux beaux jours, notamment une clientèle étrangère. « Avec la chaleur, les touristes prennent de la hauteur pour trouver le frais tandis que l’inflation motive les étrangers à descendre moins loin », précise Cyrielle Viey, responsable de missions promotion, communication et partenariats à l’office de tourisme du Pays du Haut-Doubs. Même si l’hiver reste la locomotive touristique du territoire, engendrant plus de fréquentation et de revenus, conscient du changement climatique, le syndicat mixte du Mont d’Or, exploitant de la remontée mécanique, s’est interrogé sur la pérennité de l’activité et des équipements. « Une étude a permis d’estimer que d’ici 2035 – 2040, l’enneigement ne sera plus suffisant pour avoir une activité de remontée », explique Julien Vrignon, directeur de l’office de tourisme du Pays du Haut-Doubs. Devant cette prévision, l’exploitant a renoncé au projet d’investissement dans une nouvelle remontée, préférant consacrer ses moyens à maintenir et moderniser l’équipement en place pour une exploitation la plus longue possible.

Le Pays du Haut-Doubs renforce sa position sur les activités extérieures. (Crédit : Thuria).

Se tourner vers d’autres activités

Pour compenser cette manne touristique vouée à s’amoindrir voire à disparaître, l’office de tourisme du Pays du Haut-Doubs et ses partenaires opèrent une transition des activités au même titre que le territoire vit une transition climatique. « Nous allons maintenir le ski alpin le plus longtemps possible, sans gros investissement et diversifions les activités sur le massif du Mont-d’Or notamment avec du VTT qui voit une augmentation des pratiquants tout comme d’autres activités d’extérieur », précise Julien Vrignon.

Inaugurée à la mi-juillet, la luge sur rail offre un exemple de la transition des activités. (Crédit : Millo Moravski)

Mi-juillet, une luge sur rail a été inaugurée pour s’inscrire dans cette démarche. Fonctionnelle été comme hiver, elle transforme l’offre d’activité tout en répondant aux attentes des familles. « Nous avons aussi des sites autour de la gastronomie qui se visitent comme les fromageries ou les distilleries », complète Cyrielle Viey. Office de tourisme et collectivités locales misent aussi sur de nouveaux pôles touristiques comme le trail par exemple. « Il ne faut plus penser le territoire autour de la station de Métabief mais penser une offre variée dans une logique collective et collaborative », conclut le directeur.

Nadège Hubert