Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Nord Yonne : La relance passe par la coopération territoriale

Relance. Les communautés de communes du Jovinien, du Gâtinais en Bourgogne, de la Vanne et Pays d’Othe et de Yonne Nord ont cosigné, mardi, deux conventions, l’une avec l’Ademe - le Contrat d’objectif territorial (COT), le second avec l’État - le Contrat de relance et de transition écologique (CRTE) - afin d’enclencher une démarche conjointe d’investissements.

Après celui signé en début d’année par la communauté d’agglomération du Grand Sénonais, un deuxième territoire icaunais s’est doté d’un Contrat de relance et de transition écologique (CRTE), lui aussi situé au nord du département. Quatre Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) regroupant 90 communes se sont associés pour définir une feuille commune jusqu’en 2026. Autour de trois orientations stratégiques, ce ne sont pas moins de 150 projets qui ont été identifiés pour un montant minimal de plus de 60 millions d’euros.

Urbanisme et mobilité durables, indépendance énergétique, inclusion numérique, accès à la culture et au sport, attractivité touristique… Ce partenariat « État-territoires » vise à apporter une réponse rapide à la crise sanitaire tout en assurant « un cadre de vie durable pour les générations futures, en plaçant la transition écologique au cœur des préoccupations ».

Un appui technique ciblé

« Au-delà de problématiques communes ou spécifiques à chaque EPCI signataire ou à leurs communes membres, les orientations retenues prennent également appui sur les axes et objectifs identifiés dans les Plans Climat Air Énergie Territorial (PCAET) engagés en 2018. Le présent contrat s’inscrit également en parfaite complémentarité avec le COT Ademe signé ce même jour », précise les cosignataires.

En contractualisant avec l’Agence de la transition écologique, le territoire Nord Yonne - « le premier signataire de type multi-EPCI pour ce type de contrats en Bourgogne Franche-Comté qui en comptera quatre » - va bénéficier d’un appui technique et recevoir une aide financière de 350.000 euros sur quatre ans, « 75.000 euros en part fixe et 275.000 euros sur atteinte d’objectifs ». Cette phase sera précédée d’un état des lieux qui débutera cette année dans les quatre communautés de communes, « via l’exploitation des référentiels nationaux Cit’ergie et Économie circulaire ».

Stéphane Bourdier