Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Plus de 15 M€ pour l’eau en Bourgogne-Franche-Comté

Logistique. Au deuxième trimestre, l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse a financé 190 projets en Bourgogne Franche-Comté et Grand-Est.

La renaturation de la Saône, soutenue par l’agence de l’eau doit notamment permettre de protéger les espaces favorables à la faune aquatique. DR

Une enveloppe de 15,6 millions d’euros, c’est ce qu’apporte au deuxième trimestre de cette année, l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse à 190 projets de Bourgogne Franche-Comté et Grand-Est. Sur ce total, 2,1 millions d’euros sont attribués au titre du plan France relance. Dans le cadre de ce plan de l’État, les agence de l’eau sont ainsi destinataires d’une enveloppe nationale de 260 millions d’euros. L’enjeu étant que la dynamique des travaux et projets nécessaires pour l’eau potable, l’assainissement et la biodiversité reprenne pleinement.

Portés par les collectivités, entreprises, agriculteurs et associations, les projets aidés visent à améliorer la qualité des eaux (10,5 millions d’euros d’aides, soit 67 % du budget alloué) et des milieux aquatiques (2,4 millions d’euros - 15%), mais aussi à aider à une meilleure économie de la ressource en eau en réparant les fuites des réseaux d’eau potable (1,7 million d’euros - 11 %) et enfin, à lutter contre les pollutions agricoles, industrielles et domestiques (3,8 millions d’euros).

Parmi ces projets aidés, deux sont particulièrement remarquables en Bourgogne Franche-Comté. Il y a d’abord celui porté par le Syndicat intercommunal des eaux du Grandvaux, dans le Jura, qui alimente en eau potable environ 11.000 habitants. Le syndicat rénove la station de traitement des eaux du lac de l’Abbaye à Grande-Rivière Château, qui constitue sa principale source d’approvisionnement.

Redonner vie à la Saône

Outre la réhabilitation des ouvrages existants, l’usine d’épuration sera dotée d’une filtration complémentaire sur charbon actif, afin de distribuer une eau conforme aux normes. Le projet prévoit également une lagune pour recevoir les eaux issues du traitement, ainsi que le renouvellement de la canalisation d’adduction sur 1,6 kilomètre. Pour ces travaux, le syndicat reçoit de l’agence de l’eau une aide de 710.555 euros au titre de l’appel à projets « Rebond Eau Biodiversité Climat 2020-2021 », qui vient compléter celle déjà attribuée en 2020, de 755.335 euros, ce qui conduit à une aide globale de 1.465.890 euros. L’autre projet d’envergue se situe en Saône-et-Loire.

Porté par l’Établissement public territorial du bassin Saône-Doubs, il consiste en la restauration du franc-bord de Bougerot à Gergy. Cette opération phare de l’avenant au contrat de rivière Saône signé en novembre 2020, vise la renaturation de la Saône, rivière historiquement mise à mal par les aménagements et impacts de la navigation, depuis la confluence avec le Doubs jusqu’au Rhône.

Il s’agit de restaurer le franc-bord de Bougerot, qui permettra à la Saône de retrouver sur 1,7 kilomètre ses fonctionnalités naturelles sur l’ensemble de son lit et la connectivité avec les lônes (bras du fleuve qui reste en retrait du lit principal), de restaurer un affluent (le ruisseau de la Reppe), d’acquérir l’ancienne peupleraie attenante au franc-bord (zone humide de 3,5 hectares), et d’aménager une frayère à brochets. Les espèces végétales invasives seront traitées et remplacées par de nouvelles plantations pour diversifier les habitats. Pour cette opération emblématique, qui comprendra également un volet pédagogique, l’agence de l’eau attribue une aide de 249.978 euros.

Frédéric Chevalier