Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Quand la COP26 se décide aussi en campagne

Énergie. Le village de Tramayes a réduit par trois en dix ans sa consommation énergétique.

A l’heure de la COP26 qui doit définir les grands engagements en matière d’émission de gaz à effet de serre (GaS) et de gestion des ressources énergétiques, c’est d’une petite commune de Saône-et-Loire que pourrait émerger la solution à l’inflation des matières premières énergétiques. A Tramayes – 1050 habitants – le maire, Michel Maya vise l’autonomie, mais uniquement énergétique à l’horizon 2050. Et pour atteindre cette vertueuse ambition, la commune s’est engagée dans une réduction drastique de ses dépenses énergétiques. Entre 2007 et 2017, la consommation d’électricité des bâtiments municipaux et de l’éclairage public a été divisée par 3,5.

Des pépinières d’innovation

Une performance en partie rendue possible par un grand plan de rénovation des écoles primaires et maternelles (2,6M€) et la transformation de l’ancienne gendarmerie en logements (1,6M€). Le tout rejoint par la construction d’une chaudière biomasse (1,5M€ dont 200 000€ de subventions de l’Etat dans le cadre des Territoires à énergie positive et croissance verte). Alimentée par les déchets de la scierie voisine, l’investissement a permis de réduire de 95% les émissions de CO2 mais aussi d’économiser près de 200 000 litres de fioul…

A l’heure où ce dernier a augmenté de presque 50% depuis Janvier 2021 (de 0,72€ à 1,04/ litre selon l’INSEE), c’est une économie qui représente le quart du budget de fonctionnement annuel de la commune situé entre 700 et 800 000€. Aujourd’hui, Tramayes produit trois fois plus d’énergie (2000MWh) que ses bâtiments municipaux n’en consomment (600MWh). Une performance rendue possible aussi par l’installation de deux sites de panneaux photovoltaïques de 60MWh appelés à évoluer pour renforcer l’autonomie énergétique. La démonstration que les territoires ruraux, loin d’être exemptés des grands enjeux énergétiques de demain sont aussi des pépinières d’innovation dans lesquels peuvent se construire les défis planétaires de demain.

Antoine Gavory