Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Tourisme : l’heure des bilans

Conjoncture. La saison touristique 2021 en Bourgogne Franche-Comté se termine sur un bilan mitigé, conséquence d’une météo capricieuse en juillet et des différentes restrictions sanitaires.

Avec 46.000 salariés, le secteur du tourisme représente 6 % du PIB régional, soit autant que le secteur automobile. Inaugurée le 26 mai dernier, la Maison du Comté à Poligny (Jura) a déjà accueilli plus de 18.000 visiteurs dont 12 % de touristes étrangers. La Griffe - BFC Tourisme

Après une année 2020 très fortement marquée par la crise sanitaire, 2021 a également démarré sur des bases difficiles avec en particulier la non ouverture des remontées mécaniques cet hiver ainsi que le troisième confinement national du 3 avril au 3 mai. Premier constat effectué en cette fin d’été : la Bourgogne Franche-Comté a, cette année encore, massivement accueilli des touristes français. 

« Cette tendance s’est surtout fait ressentir dans les centres urbains qui sont généralement très plébiscités par les touristes américains ou chinois. Les zones de montagne, de campagne, de lacs et rivières de la région ont, par ailleurs, eu la cote auprès des touristes. Une enquête menée par les comités régionaux du tourisme en partenariat avec ADN Tourisme indique même que 89 % des séjours des Français en juillet et août 2021 se sont déroulés en France. Malgré tout, les chiffres concernant les Belges et Néerlandais résistent mieux que les Allemands et Suisses », a présenté Patrick Ayache, vice-président du Conseil régional, en charge du tourisme et de l’attractivité mardi 7 septembre lors d’une conférence. 

Autre constat, la Bourgogne semble avoir été davantage fréquentée que la Franche-Comté. « C’était plutôt l’inverse lors de l’été 2020 avec une ruée massive vers le Jura et les Vosges saônoises  », a précisé Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne Franche-Comté. 

Les campings délaissés

Du côté des hébergements, les touristes ont privilégié les hébergements non marchands notamment chez des amis ou dans la famille. Cependant, le mois de juillet a permis aux hôtels et aux locations meublées et chambres d’hôtes de progresser par rapport à l’été précédent. Les campings, eux, sont restés plus en retrait ce qui peut s’expliquer par les conditions météo. En août, les locations meublées et les chambres d’hôtes ont continué à être très fréquentées alors que l’hôtellerie a été plus stable. 

Patrick Jacquier, président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) de Côte-d’Or s’est dit « satisfait en matière de fréquentation après 18 mois de pandémie ». Il souligne aussi le rôle de la campagne de communication « SortezChezVous » lancée par le Comité régional du tourisme de Bourgogne Franche-Comté en juin 2020 qui s’est révélée « excellente en termes de promotion du territoire ».  Patrick Jacquier a par ailleurs insisté sur une tendance observée depuis le début de la pandémie : les réservations de dernière minute, offrant une moindre visibilité.

Un tourisme de proximité

Comme en 2020, les excursionnistes à la journée ont été très nombreux puisque 93 % des Français ont réalisé des visites, balades, sorties à la journée, à proximité de leur domicile. Une aubaine, selon Sladana Zivkovic, présidente de l’office de tourisme de Dijon métropole : « nous avons de la chance car nous avons retrouvé la fréquentation de 2019 à Dijon, cela s’explique notamment par la météo qui a poussé les touristes dans nos musées. Le fait d’avoir proposé de nombreux ateliers, majoritairement en intérieur, comme la fabrication de sa propre moutarde, la dégustation de vins et fromages locaux ou encore l’initiation à la découverte de la Truffe de Bourgogne y est également pour beaucoup  ».

Là encore, une vaste campagne de communication décalée («  Zappez Osaka, osez Dijon ») et mise en place en début d’été a participé à faire connaître l’offre touristique auprès des habitants des grandes métropoles françaises et des pays européens (la campagne a par ailleurs été traduite en trois langues, anglais, allemand et néerlandais).

Le bilan de la saison touristique qui ne s’achèvera véritablement qu’en octobre est donc positif : « selon les retours des professionnels, l’activité a été soutenue et ce malgré la reprise de l’épidémie de Covid-19 et une météo décevante. Toujours d’après eux, juillet apparaît comme meilleur qu’en 2020 », a développé Patrick Ayache. « Notre région a des atouts : patrimoniaux, architecturaux, historiques, climatiques, gastronomiques... », a ajouté Marie-Guite Dufay. 

Carton plein pour le comté

Inaugurée le 26 mai dernier, la Maison du Comté à Poligny (Jura) a déjà accueilli plus de 18.000 visiteurs dont 12 % de touristes étrangers provenant essentiellement de Belgique, Angleterre, Allemagne et des États-Unis. «  D’ailleurs, le Comté s’est imposé, depuis quelques années, comme cadeau de vacances incontournable à en juger par la sur-fréquentation des fruitières en été », témoigne Myriam Chevalier-Dole qui dirige ce nouvel établissement.

Militine Guinet