Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Un contrat pour promouvoir le canal du Centre

Tourisme. Plusieurs collectivités territoriales s’engagent pour accompagner et dynamiser la mise en tourisme du canal du Centre. Le 8 mars, elles ont signé en ce sens un contrat d’action pour la période 2021 – 2025 à Montceau-les-Mines.

La Communauté d’agglomération du Grand Chalon, la Communauté urbaine Creusot Montceau, la Communauté d’agglomération Beaune Côte et sud et la Communauté de communes du Grand Charolais, la Région Bourgogne-Franche-Comté, le Département de Saône-et-Loire et Voies navigables de France ont signé le contrat du canal du Centre le 8 mars. Communauté urbaine Creusot Montceau

Sur 112 kilomètres, entre Chalon et Digoin, en passant par Chagny, Montceau-les-Mines et Paray-le-Monial, le canal du Centre relie la Saône à l’un des canaux de la Loire. Bien qu’il représente un axe d’itinérance important, un patrimoine hydraulique de valeur et qu’il soit doté d’un écrin paysager, le canal manque de notoriété touristique. Pour y palier, la Région Bourgogne-Franche-Comté l’a intégré dans son schéma régional de développement touristique et de loisirs 2017-2022 tandis qu’il est inscrit comme partie prenante des itinéraires d’excellence que sont l’EuroVelo 6 et le Tour de Bourgogne à vélo.

Des acteurs concernés

D’une durée de cinq ans pour la période 2021-2025, le contrat de canal doit permettre aux partenaires d’agir ensemble pour le développement touristique « fluvestre » et celui des territoires traversés. Ainsi, le contrat du canal du Centre rassemble la Communauté Urbaine Creusot Montceau, la Communauté de Communes Le Grand Charolais, la Communauté d’agglomération Beaune Côte et sud, la Communauté d’Agglomération du Grand Chalon, la Région Bourgogne-Franche-Comté, le Département de Saône-et-Loire et Voies navigables de France.

Un contrat et des objectifs

Le contrat se traduit par trois orientations majeures. La première consiste à créer l’identité et animer la dynamique territoriale autour du canal du Centre pour passer d’un canal de transit pour la plaisance privée à un territoire de destination et découverte pour l’ensemble des clientèles en itinérance. Le second vise à assurer un niveau de services et de découverte facilité du canal du Centre pour les pratiques itinérantes avec des équipements rénovés et modernisés mais aussi des « packages » pensés pour le territoire. Ces mesures auront pour mission d’augmenter la fréquentation du canal sur l’ensemble du linéaire et en particulier, sur sa partie centrale, moins fréquentée que les extrémités. Enfin, le contrat va participer à structurer et développer une offre touristique pour construire une destination fluvestre performante.

Nadège Hubert