Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Un pôle dédié aux énergies renouvelables dans le Doubs

Énergie. À l’initiative du préfet du Doubs, Jean-François Colombet, un pôle de compétence dédié au développement des énergies renouvelables a vu le jour dans le Doubs. Début mars, le représentant de l’Etat annonçait l’objectif de cette structure : favoriser l’émergence de projets Énergies renouvelables.

Le pôle EnR du Doubs a vu le jour en mars 2022 pour favoriser le développement des énergies renouvelables sur le territoire. Pixabay

Eoliens, photovoltaïques, hydro-électriques ou encore méthanisation, les projets d’Energies renouvelables pourront désormais être accompagnés par le nouveau pôle de compétence qui leur est dédié dans le Doubs. Ce pôle EnR, placé sous la coordination de la Direction départementale des Territoires, réunira les différents services et opérateurs de l’Etat, des élus des collectivités concernées et des acteurs du domaine associés au besoin.

Cette instance travaillera dès l’amont avec les porteurs de projet pour prendre en compte à la fois les enjeux techniques et environnementaux qu’il serait susceptible de soulever comme les questions de paysage, biodiversité, patrimoine, pratique agricole, gestion forestière mais aussi autour de l’urbanisme ou des risques éventuels. Ce nouveau pôle entend favoriser la concertation en amont et l’appropriation locale des projets.

Prêt à agir

Pour le préfet comme pour l’Etat, « le développement des énergies renouvelables constitue un levier indispensable de la nécessaire transition énergétique et de la lutte contre le changement climatique. » En réunissant l’ensemble des acteurs publics du secteur, le pôle EnR encouragera le partage d’information et le travail commun sur les problématiques soulevées et contribuera « au portage de dispositifs favorables au développement maitrisé des EnR dans le département » précise la préfecture. D’ores et déjà opérationnel, le pôle EnR du Doubs peut répondre aux demandes des porteurs de projets à condition qu’ils soient « vertueux, soutenables et acceptables sur les territoires. »

Nadège Hubert