Informations régionales économiques et juridiques
93e année

À Coulanges-sur-Yonne, la Guinguette valse avec son temps

Loisirs. Lieu iconique des « grandes vacances » des années 1980 et 1990, tombée en désuétude au tournant du millénaire, la base de loisirs de l’extrême sud du département a retrouvé une seconde jeunesse, sous l’impulsion d’une audacieuse société coopérative d’intérêt collectif (SCIC).

La Guinguette de Coulanges-sur-Yonne
La Guinguette de Coulanges-sur-Yonne (Crédit : S. Bourdier)

À la sortie du village sur la RN 151 en direction de Clamecy, la « baignade » dégage de nouveau un parfum de vacances insouciantes. Sous l’impulsion de Pierre-Laurent Degardin, revenu s’installer au pays, « La Fabrique éthique » a investi les lieux et repris en main l’ensemble des infrastructures municipales, il y a quatre ans : la Guinguette, le camping des Berges de l’Yonne, le minigolf et la location de jeux nautiques (kayak, paddle…).

Aujourd’hui, plus de 50 sociétaires - fondateurs, salariés, partenaires et usagers - sont réunis au sein de la société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) afin de faire fonctionner la base de loisirs qui compte, par ailleurs, une dizaine de salariés l’été. « L’intérêt d’une SCIC est la gouvernance collégiale avec un conseil d’administration élu de six personnes qui prend les décisions vitales de l’entreprise », explique François Plantat, gérant du restaurant et l’un des membres fondateurs.

Circuit court

Après une première année de lancement, puis deux placées sous le signe de la pandémie, les sociétaires nourrissent de grands espoirs aux premiers jours de la saison estivale. En multipliant les animations - musicales, festives ou citoyennes - et en ouvrant pour la première fois en hiver, le lieu s’est attiré les faveurs d’une clientèle régionale fidèle. Avec cette saison test, les gérants tablent sur un chiffre d’affaires aux alentours de 150.000 euros. « Les touristes allemands et néerlandais, notamment, que nous avions peu vus l’été dernier semblent revenir cette année », précise François Plantat.

Côté cuisine, l’équipe s’est engagée dans une démarche « éthique » de circuit court en faisant appel « à 85 % » à des producteurs locaux, « essentiellement bio », situés à moins de 65 kilomètres de Coulanges-sur-Yonne. Certains ont même choisi d’intégrer le collège des partenaires pour soutenir l’initiative collective. « Notre volonté est de continuer plus encore dans cette voie et de nous ancrer durablement sur le territoire. »

Stéphane Bourdier