Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Alstom Le Creusot acteur du contrat du siècle

Transports. Le site Alstom du Creusot fabriquera les 990 bogies du métro du Caire.

Alstom

Le 13 juin dernier, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire et le ministre égyptien des Transports, Kamel El-Wazir avaient signé un accord pour le développement du métro du Caire. Trois mois plus tard, c’est au Creusot que ce contrat de développement mais aussi de maintenance fait des heureux : l’entreprise Creusotine a en effet été retenue pour fabriquer les 990 bogies devant équiper les 55 trains Metropolis de la ligne de métro 1, la plus ancienne de la capitale égyptienne construite en 1987 et gérée par l’Egyptian Company for Metros (ECM). L’annonce a été faite par Alstom et l’Autorité Nationale des Tunnels (NAT) égyptienne ce 8 novembre à l’occasion du salon TransMEA au Caire.

Développer une nouvelle génération de trains

Après un contrat en 2018 pour la fabrication des bogies des futures rames des lignes 15,16 et 17 du Grand Paris Express, l’entreprise semble lancée sur les rails du succès. Ce contrat de 876 millions d’euros payé par le gouvernement français, « le plus important du métro égyptien » permettra de participer au développement d’un nouvelle génération de trains : outre le confort largement amélioré, les futures rames seront entièrement équipées de systèmes numériques qui permettront l’interactivité des informations. Et, COP26 oblige, les rames seront recyclables à 98%. Henri Poupart-Lafarge, Président-Directeur Général d’Alstom se montre « honoré de jouer un rôle dans le développement et la modernisation du réseau urbain égyptien et reconnaissant de la confiance que l’Autorité Nationale des Tunnels accorde à la solution Metropolis d’Alstom ».

Donnant-donnant, la maintenance sera assurée sur place, ce qui augure donc des créations d’emploi qui viendront gonfler les 70.000 salariés du groupe. Au-delà des opportunités qui s’offrent aux usines locales comme le Creusot, c’est tout le savoir-faire d’Alstom en matière de transport urbain qui est mis à l’honneur. Avec 150.000 véhicules en service dans le monde (métros, TGV, trams…), l’acquisition de son concurrent canadien Bombardier en janvier dernier (pour 5,5 milliards d’euros) Alstom réalise un chiffre d’affaires de 14 milliards d’euros et se place comme le deuxième groupe ferroviaire du monde derrière le géant chinois CRCC (25 milliards d’euros de chiffre d’affaires).

Antoine Gavory