Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Artisanat. Selon le dernier baromètre ISM-Maaf, en

Artisanat. Selon le dernier baromètre ISM-Maaf, en Bourgogne Franche-Comté, si un effondrement de l’emploi était à craindre dans de nombreux secteurs, il semble que l’artisanat ait limité la casse. Mieux, les emplois salariés se sont montrés plus résilients dans l’artisanat que dans l’ensemble du secteur privé. Même constat du côté des indépendants où l’on enregistre même une légère augmentation des créations d’entreprises.

Au quatrième trimestre 2020, la dynamique de recrutement du secteur de l’artisanat est portée par le BTP qui enregistre +580 emplois dont +250 dans les travaux de cloisonnement, mais aussi par les services automobiles. crédit photos : standret et freepic.diller.

Malgré la crise qui l’a touché de plein fouet, et qui pouvait faire craindre un effondrement de l’emploi, le secteur de l’artisanat a prouvé sa grande capacité de résistance et de résilience.

Si certaines activités ont été plus pénalisées que d’autres à l’instar des soins à la personne, la faute aux multiples périodes de confinement qui n’ont pas eu les mêmes répercussions selon les secteurs, l’artisanat a réussi à maintenir ses emplois salariés en France en 2020. Avec une augmentation de 1,7 % au quatrième trimestre 2020 par rapport au quatrième trimestre 2019, soit 28.000 emplois créés, les résultats sont même meilleurs que dans l’ensemble du secteur privé où les effectifs ont diminué de 2 %. Une dynamique positive que l’on retrouve en Bourgogne Franche-Comté où les emplois ont augmenté sur la même période de 1 % (430 emplois créés) dans le secteur de l’artisanat quand ils ont connu une légère baisse de 0,8 % dans l’ensemble du secteur privé.

Quand le bâtiment va, tout va

Ces bons résultats, la Bourgogne Franche-Comté les doit à l’artisanat du BTP (+2 % d’emplois au quatrième trimestre 2020 par rapport à au quatrième trimestre 2019, 580 emplois créés) et à celui de l’alimentation (+1 %, 100 emplois créés).

Une croissance qui s’explique par la hausse de la demande en travaux de rénovation, ainsi par une hausse de la consommation à domicile et un retour vers les circuits de proximité. Par ailleurs, les effectifs restent stables dans l’artisanat de fabrication mais s’effritent dans l’artisanat des services (-1 %, 200 emplois perdus).

Graphique présentant l’évolution au quatrième trimestre 2018, 2019 et 2020 des emplois salariés de l’artisanat par secteur en Bourgogne Franche-Comté.

Dans le détail, ce baromètre ISM Maaf, montre que ce sont bien les secteurs du BTP qui sont les plus créateurs d’emplois et ce malgré l’arrêt des chantiers lors du premier confinement : travaux de cloisonnement (+2,5 %, 250 emplois), travaux de construction/maçonnerie générale (+2 %, 230 emplois), électricité/plomberie (+2 %, 110 emplois). Viennent ensuite les services automobiles (+2 %, 120 emplois) et la boulangerie-pâtisserie (+1,7 %, 90 emplois).

Sans surprise, les secteurs qui ont connu les plus grandes pertes d’emplois sont ceux qui ont été les plus touchés par les confinements successifs : les transports (taxis/VTC, déménagements : 160 emplois détruits au quatrième trimestre 2020, -6 % par rapport à 2019) et les soins à la personne (coiffure/esthétique : 140 emplois détruits, -3,6 %).

une baisse des embauches à relativiser dans la région

Si l’on regarde cette fois sur l’ensemble de l’année 2020, en Bourgogne Franche-Comté, les entreprises de l’artisanat ont réduit leurs embauches de 10 %. Une baisse que l’on peut imputer aux mauvais résultats du deuxième trimestre 2020, période durant laquelle tout le pays a été très strictement confiné. Sur cette période, les entreprises de l’artisanat ont réduit leurs embauches de 36 % dans la région.

Toutefois, si l’on se penche sur les chiffres des trois autres trimestres, on observe que la dynamique de recrutement est relativement stable en 2020 par rapport à 2019 : -2 % d’embauches au premier trimestre, -2 % au troisième et 1 % au quatrième.

C’est dans le département du Doubs que les entreprises ont le plus embauché en 2020 (10.040 embauches). Viennent ensuite la Côte-d’Or (8.570) et la Saône-et-Loire (8.520), l’Yonne (4.740), le Jura (4.690), la Haute-Saône (3.780), la Nièvre (3.060) et le Territoire de Belfort (2.050).

Pas de frein à la dynamique entrepreneuriale

Autre enseignement du baromètre  : en 2020, l’incertitude économique engendrée par la crise sanitaire n’a pas freiné la dynamique entrepreneuriale en Bourgogne Franche-Comté. Les créations d’entreprises ont ainsi augmenté de 11 % sur l’ensemble de l’année. Cette tendance à la hausse est portée par l’artisanat des services (+20 % par rapport à 2019). Viennent ensuite l’artisanat de fabrication (+17 %) et le BTP (+4 %). On observe en revanche un recul des immatriculations dans le secteur de l’alimentation (-13%) qui peut s’expliquer par une baisse des opérations de transmission-reprise, liée au contexte d’incertitude.

Frédéric Chevalier