Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Auxev va dupliquer son réseau de chaleur

Énergie. Huit ans après la mise en service du premier tronçon dans les Hauts-d’Auxerre, la filiale du groupe Coriance lancera, en 2024, la construction d’un second, d’une longueur de 18,3 kilomètres, alimenté à 75 % par de la biomasse.

Auxev va dupliquer son réseau de chaleur
(Crédit : DR)

En 2014, la ville d’Auxerre confiait l’installation et l’exploitation de son réseau de chaleur au groupe Coriance dans les quartiers de la ville haute, à Saint-Siméon et à Sainte-Geneviève notamment. D’une longueur de six kilomètres, ce premier réseau alimente, depuis 2016 et la construction d’une chaufferie biomasse, l’équivalent de 3.690 logements, dont le centre hospitalier, le lycée Fourier et le complexe sportif des Hauts-d’Auxerre, à 75 % en énergie renouvelable. Dès l’automne 2024, un second réseau de chaleur baptisé Auxev2 devrait être opérationnel, desservant cette fois, les quartiers de la ville basse du centre-ville aux bords de l’Yonne en passant par Rive-Droite.

Délégataire du service public, Auxev (Auxerre énergie verte) vient, en effet, de lancer la commercialisation de cette nouvelle offre auprès des futurs abonnés. « À ce jour, de nombreux bâtiments publics et privés de la ville font confiance à Auxev² pour être chauffés avec de l’énergie renouvelable locale. Parmi eux se trouvent les bâtiments communaux dont le conservatoire de musique, le centre nautique, le complexe Auxerrexpo, l’abbaye Saint-Germain, la CPAM, les lycées Jacques-Amyot et Vauban, de nombreuses copropriétés dont les résidences Champleroy, Croix-du-Sud, Gérot d’Autric, le centre de détention, la maison de retraite Les Clairions, l’IUT et bien d’autres », précise l’exploitant.

Premier coup de pioche en 2023

Ce second tronçon, trois fois plus long que le premier, sera doté d’une nouvelle chaufferie biomasse qui assurera, elle aussi, une énergie verte à 75 %, alimentera 59 sous-stations et plus de 4.900 équivalents-logements. La construction de ce nouveau réseau de chaleur, dont les travaux devraient débuter l’an prochain, représente un investissement de 23 millions d’euros pour Auxev. À l’heure de la nécessaire transition énergétique et écologique, ce mode de chauffage plus vertueux va permettre d’éviter le rejet de 10.000 tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions de plus de 8.300 voitures par an. « Au-delà des bénéfices environnementaux, les futurs abonnés disposeront d’un taux de TVA réduit et d’un prix de la chaleur compétitif et stable dans la durée, puisque décorrélé du prix des énergies fossiles. » La mise en service des différents secteurs s’étalera progressivement jusqu’en octobre 2025.

Stéphane Bourdier