Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Best of : ce qu’il ne fallait pas manquer en 2021 (2/5)

Retrospective. Pour finir l’année et avant d’entamer 2022, l’équipe du Journal du Palais a sélectionné les actualités qu’il fallait retenir, vous proposant chaque jour un échantillon de ce qu’il s’est passé en Bourgogne Franche-Comté en 2021.

Les acteurs du BTP unis face à la crise

En mars, les acteurs de la filière du bâtiment et des travaux publics faisaient front commun face à la crise. Réunis à l’initiative de la Fédération régionale des travaux publics (FRTP), ils s’exprimaient d’une même voix pour évoquer leur problématique à trouver de la main d’oeuvre, envisager la transition écologique mais aussi les conséquences sociales de la crise et la nécessaire reprise des projets des collectivités.

« Nous devons être force de proposition, ensemble, a martelé Vincent Martin, président de la FRTP. La solidarité va nous permettre de sortir de cette crise ». Au rendez-vous, les représentants de la Chambre des métiers et de l’artisanat de Bourgogne Franche-Comté, de la Fédération nationale des transports routiers, de la fédération des producteurs de matériaux minéraux et de la Fédération française du bâtiment, ainsi que des organisations patronales comme la CPME et le Medef.

« Dauphine Dijon » prend ses quartiers en 2023

Ouverture prévue au second semestre 2023... C’est l’objectif qui a été fixé pour le futur “Dauphine Dijon”, 50 ans jour pour jour après l’inauguration du Centre Dauphine. En plein coeur du centre-ville de la cité des Ducs, entre la rue de la Liberté, la rue du Bourg et la rue Bossuet, le célèbre centre commercial faisait peine à voir depuis quelques années, déserté par ses commerçants. Un abandon aussi des dijonnais au profit de la nouvelle galerie Cour Bareuzai inaugurée fin 2019.

Pour l’occasion, Marc Fortunato, copropriétaire du Centre Dauphine depuis 25 ans et qui se trouve aussi être derrière le projet Cour Bareuzai, nous en a dit davantage sur ce qui sera la nouvelle version du Centre Dauphine : Dauphine Dijon. Un projet pour lequel l’investisseur dijonnais a travaillé en tandem avec la Caisse d’Épargne Bourgogne Franche-Comté, au sein de la SAS Dauphine Invest.

Les savoir-faire horlogers inscrits à l’Unesco et après ?

Suite à l’inscription des savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d’art sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco à la mi-décembre 2020, il s’agit désormais de coordonner et de pérenniser la transmission et la promotion de ces savoir-faire. Une mission à laquelle le projet Arc Horloger - dont le coup d’envoi a été donné au printemps par arcjurassien.ch et Grand Besançon Métropole - entend s’atteler.

Ce projet vise notamment la création d’une structure transfrontalière destinée à fédérer les parties intéressées, entreprises et indépendants, écoles et instituts de formation, musées et centres d’archives mais également les autorités publiques concernées. L’industrie horlogère de l’Arc jurassien franco-suisse, de Genève à Schaffhouse et de Bienne à Besançon, emploie 31.400 personnes. Ce secteur géographique, qui a exporté pour plus de huit milliards d’euros en 2019, reste l’un des principaux pôles mondiaux de l’horlogerie, que ce soit au niveau historique, patrimonial ou des savoir-faire.

Une application au service de la transition écologique

La ville de Mâcon innove en lançant une nouvelle plateforme pédagogique développée par Engie Solutions à destination de tous les habitants du territoire. Avec Rezomee, la collectivité pourra plus facilement dialoguer avec les usagers du réseau de chaleur et sensibiliser le grand public aux enjeux du chauffage urbain.

La ville de Mâcon espère d’ailleurs « impliquer les citoyens dans la connaissance de leur réseau de chaleur et les aider à s’approprier concrètement les outils de la transition énergétique sur leur territoire ».

Rédaction JdP