Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Charm’Ossature rebondit et se développe

Artisanat. Alors qu’en juillet dernier, un incendie a ravagé les ateliers de Charm’Ossature à Etalans dans le Doubs, l’entreprise de fabrication d’ossatures bois a accéléré son installation sur son nouveau site d’Autechaux. Elle entame désormais la reconstruction de son atelier d’origine qu’elle va équiper de machines à commande numérique pour un montant global de dix millions d’euros. Avec deux ateliers opérationnels d’ici mars 2023, Charm’Ossature retrouve la voie du développement.

« J’ai perdu la totalité de l’entreprise », se souvient Dominique Charmoilles quand il évoque l’incendie qui a détruit les ateliers de Charm’Ossature le 19 juillet dernier. Le dirigeant a rapidement mis en branle ses équipes et ses partenaires pour achever la construction d’un nouveau site de 5.000 mètres carrés à Autechaux et ainsi reprendre la fabrication d’éléments à ossature bois. Il comptait initialement sur ce nouvel équipement de six millions d’euros pour doubler sa production à partir de novembre 2022. Achevé plus tôt que prévu, à la mi-septembre, l’atelier a permis de remettre ses 55 salariés au travail et livrer ses clients. « Les machines arriveront petit à petit jusqu’à la fin du mois d’octobre. Pour l’instant, on travaille manuellement et on sous-traite en attendant. » En parallèle, Charm’Ossature loue un bâtiment de 2.500 mètres carrés à Amancey où elle a installé un atelier éphémère avec des équipements provisoires jusqu’à la réouverture du site d’Etalans.

Renaitre de ses cendres

Soutenu par ses assurances à hauteur de dix millions d’euros, Dominique Charmoilles se réjouit de la réactivité de ses partenaires grâce à qui l’entreprise entame cette semaine le terrassement pour reconstruire les ateliers d’Etalans. Sur 6.500 mètres carrés, le dirigeant prévoit d’installer trois lignes de production et de s’équiper de six machines de taillage du bois et d’assemblage des éléments. Alors que la fin des travaux est prévue pour Noël, Charm’Ossature devrait relancer l’activité sur ce site en mars 2023. « Avec les deux sites nous devrions produire 60.000 à 80.000 mètres carrés d’éléments ossature bois par an. Nous serons à 200% de nos anciennes capacités. » Pour accompagner ce développement, l’entreprise a déjà recruté une dizaine de personnes et prévoit d’en embaucher dix de plus dans les prochains mois. En parallèle, Dominique Charmoilles souhaite faire passer le chiffre d’affaires de cinq à neuf millions d’euros d’ici 2024, constatant une forte augmentation de la demande, notamment de la part des grands groupes.

Nadège Hubert