Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Des montres en impression 3D

Technologie. Quentin Loiget, 23 ans, combine deux passions, l’horlogerie et l’impression 3D, en réalisant une montre issue de la fabrication additive. Installé à Saint-Julien-lès-Russey, il a créé la marque Kairod et lancé sa première collection de montres.

Quentin Loiget a créé la marque Kairod pour commercialiser les premières montres imprimées en 3D Kairod

A 23 ans, diplômé d’un BTS Conception Industrialisation Microtechnique au lycée de Morteau, ce passionné par l’horlogerie et par l’impression 3D depuis près de 8 ans, il a eu l’idée d’une montre alliant savoir-faire ancestral et innovation. La marque Kairod était née. Tradition de l’horlogerie franc-comtoise d’un côté, technologie moderne de l’autre avec la 3D, la marque Kairod a combiné les deux pour donner naissance à une montre innovante.

En utilisant les toutes dernières technologies disponibles telles que la MultiJet Fusion ou le frittage laser, Kairod a réussi à créer une montre unique et d’une qualité irréprochable. La fabrication additive désigne les procédés visant à fabriquer un objet physique à partir d’un objet numérique, en ajoutant de la matière. Quentin Loiget a voulu mettre cette technologie déjà présente dans d’autres secteurs d’activité au service de la première montre fabriquée en impression 3D au design minimaliste.

Savoir-faire locaux

Les pièces imprimées en 3D proviennent toutes de France pour garantir robustesse et qualité et respecter les savoir-faire micro-techniques. Pour concevoir ces objets uniques, la marque sollicite des artisans locaux de renom comme La Pratique à Morteau pour les aiguilles, Sibra à Besançon pour les bracelets ou encore Verlux à Morteau) pour le verre. Elle fait également appel aux nouveaux artisans de la fabrication additive, comme ERPRO, à Paris, chargé de la confection du boîtier et du cadran grâce aux toutes dernières technologies disponibles.

« Le but pour cette première collection est de créer un produit minimaliste, élégant et abordable, afin de rendre cette technologie accessible au plus grand nombre » précise le jeune fondateur pour qui la fabrication additive peut répondre à toutes les folies tant au niveau des matériaux, des formes que des couleurs. La première collection Kairod s’appuie sur un modèle décliné en trois coloris et sur un bracelet interchangeable.

Nadège Hubert