Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Deux semaines en van pour défendre le upcycling

Initiative. La Marketplace de produits surcyclés « Rouspette » prépare un tour de France en 38 étapes à la rencontre de ses fournisseurs. Objectif : gagner en visibilité !

Deux semaines en van pour défendre le upcycling
(Crédit : Rouspette)

Rouspette, c’est Anaïs Flaceau et Léa Cart-Lany, une lyonnaise et une franc-comtoise de 28 ans qui se sont rencontrées sur les bancs de l’école Supérieure, à Lyon. Passionnées de nature, d’environnement, de la récup’ et du fait maison, les deux amis ont imaginé un concept de plateforme, lancée en septembre 2021 depuis la commune d’Arcey, dans le Doubs. Celle-ci référence un millier de produits pour toute la maison, issus de l’économie circulaire, fruit du travail de plus de 80 producteurs essentiellement installés en France et réalisés à partir de matériaux ayant déjà eu une première vie. « Nous proposons des crackers, des farines ou des pâtes réalisés à partir de drêche de bière, un résidu du brassage des céréales. Nous avons aussi des confitures obtenues à partir de fruits invendus », précise les entrepreneuses. Désireuses d’aller encore plus loin dans leur démarche, elles lancent « Le Rouspette Tour ».

Faire preuve de pédagogie

« Du lundi 14 au samedi 26 novembre, nous allons sillonner la France à bord d’un van aménagé afin d’être au plus près de nos créateurs, rendre cette aventure plus humaine et donner encore plus de visibilité à l’upcycling. Nous avons à cœur de faire découvrir au plus grand nombre ce qu’est réellement le surcyclage ! Comment peut-on partir d’une petite chute de bois pour la transformer en magnifique paire de boucles d’oreilles ? Comment transformer des invendus de tissus en sublime robe ou en lingettes démaquillantes ? C’est ce que nous allons montrer. Car tout sera évidemment filmé lors de notre voyage : les rencontres, les fabrications, les zooms sur les produits, mais aussi la vie en van, notre consommation locale, le co-voiturage et sans oublier les beaux paysages de France. »

« L’idée est également de faire œuvre de pédagogie, d’expliquer que le principe du surcyclage n’est pas si simple. Apprendre à travailler toutes ces matières différentes l’est encore moins. Derrière cette technique se cache un énorme travail de recherche mais aussi de production. Comment trouver la matière première ? Comment la travailler pour la revaloriser au mieux ? Quelle est la matière idéale pour mon produit ? Quelle forme vais-je lui donner ? Développe Léa Cart-Lamy. Le Rouspette Tour est dans un coin de notre tête depuis le début de l’aventure. Après un an, c’était le moment parfait pour concrétiser cette idée, d’apporter de l’authenticité à notre démarche, de donner envie de changer nos modes de consommation, de faire prendre conscience des possibilités qu’offre l’upcycling et surtout montrer que l’alternative Rouspette existe. »

Frédéric Chevalier