Informations régionales économiques et juridiques
93e année

En route vers le chanvre

Industrie. À Fontaine-les-Dijon, APM n’est pas un industriel comme les autres. L’entreprise appartient à part égale à la coopérative agricole Interval et à l’équipementier automobile Faurecia. L’expertise des deux partenaires réunis au sein de la société a donné naissance à des granulés de plastique biosourcés intégrant jusqu’à 50% de chanvre.

APM compte trois lignes de production sur lesquelles le chanvre, en fibre, est transformé pour être associé à différents plastiques. Nadège Hubert

Sur les cinq kilogrammes de plastique biosourcé que compte la nouvelle 308, un kilogramme représente à lui-seul la présence du chanvre. Indirectement, APM et ses 35 salariés ont déjà équipé 17 modèles de toutes marques et 13 millions de véhicule en circulation grâce à la production de granulés biosourcés. Récolté par 215 agriculteurs de la région et membres de la coopérative Interval, le chanvre passe ensuite entre les mains de leur filiale Eurochanvre avant d’être transformé dans une unité spécifique de production d’APM située à Arc-les-Gray en Haute-Saône.

Le matériau calibré rejoint ensuite le site de Fontaine-les Dijon. « Nous produisons 8.000 tonnes de granulés par an dont 4.000 sont biosourcées, un chiffre en augmentation » précise Jean-Marie Bourgeois-Jacquet, ingénieur business développement chez APM. En fonction des applications prévues, la part de chanvre associé à différents thermoplastiques peut varier de 20% à plus de 50%.

Le chanvre a le vent en poupe

Si en 2021 le secteur automobile représente 85% du chiffre d’affaires de neuf millions d’euros d’APM, d’autres secteurs s’intéressent à cette alternative susceptible de réduire leur empreinte carbone. « Nous travaillons pour le bâtiment, la décoration mais nous avons également des projets autour de l’ameublement, du jouet ou encore des sports et loisirs. » Sur un marché du plastique de plus en plus volatile, le chanvre reste stable tandis que l’approvisionnement reste assuré grâce à la coopérative.

« Au kilo, les granulés intégrant du chanvre sont environ 25% plus cher mais comme le poids reste en moyenne 25% moins lourd, ça s’équilibre. » En plus de ce bénéfice technique, le plastique au chanvre présente d’autres propriétés tel que le renforcement thermomécanique. « Jusque-là principalement utilisé sur des parties peu visibles, on nous demande de développer l’aspect esthétique pour valoriser la présence de particules végétales. » APM planche également sur une combinaison chanvre et plastique recyclé pour accroître encore ses caractéristiques vertueuses.

Nadège Hubert