Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Formation : Digit’elles, le retour à l’emploi en ligne de mire

Formation. Pour la cinquième année consécutive, la CCI de l’Yonne pilote avec succès ce dispositif destiné exclusivement aux femmes éloignées de l’emploi. Avec le double objectif : accroitre l’acculturation à l’outil numérique et reprendre confiance en soi.

Financé par l’Opco-EP (Opérateur de compétences des entreprises de proximité) et soutenu par l’État dans le cadre du plan de développement de compétences, le dispositif de préparation opérationnelle à l’emploi collective (POEC) Digit’elles fait de la maitrise des outils numériques l’un des éléments essentiels de la « remobilisation » vers le retour à l’emploi. La formation se tient en ce moment à Auxerre, au siège de la chambre consulaire, après avoir eu lieu l’an dernier au village d’entreprises du Sénonais, à Sens.

Dans ce programme, qui comprend aussi une remise à niveau en français, des cours de communication ou encore des séances de développement personnel, douze femmes « qui ont connu des interruptions dans leurs parcours » apprennent à se faire de nouveau confiance en s’appropriant, peu à peu, les réseaux sociaux ou les sites d’offres d’emploi. « Ce sont souvent des femmes éloignées de l’emploi à la suite d’un licenciement économique ou en raison de problèmes de santé. Certaines ont parfois du mal à faire le deuil de leur ancienne profession… » explique Hervé Auberger, le directeur « Emploi & formation » de la CCI de l’Yonne.

La force du réseau

« Nous essayons au maximum d’organiser, à l’intérieur des cours, des interrelations avec des chefs d’entreprise pour nouer des échanges, créer des prises de contact et étendre leur réseau. Cela permet aussi de faire passer des messages sur le savoir-être, par exemple. » Et cela fonctionne. Quand la majorité d’entre elles enclenche une démarche positive vers un retour à l’emploi, d’autres s’engagent dans la voie de la formation professionnelle pour acquérir de nouvelles compétences ou apprendre un nouveau métier.

Stéphane Bourdier