Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Formation : L’Institut Aurélie B. s’est fait un nom

Formation. Installée dans le Pôle formation de Joigny, l’école de coiffure et d’esthétique dirigée par Aurélie Berry ne cesse de séduire de nouveaux apprenants depuis son ouverture, il y trois ans. Le pari audacieux s’est transformé en parcours privilégié à la reconversion professionnelle.

Aurélie Berry

Chaque année, elle double ses effectifs et prépare à un nouveau diplôme. Depuis la rentrée 2018, l’organisme de formation implanté sur l’ancien site militaire du Groupe géographique connaît une progression nullement démentie, confortée par un taux de réussite aux différents examens qui frôle les 100%. Lorsqu’elle se lance dans l’aventure, il y a bientôt quatre ans, Aurélie Berry imagine pourtant créer un institut de formation dédié au seul métier de la coiffure.

Titulaire d’un CAP et d’un brevet professionnel (BP) obtenus par la voie de l’apprentissage, la jeune directrice souhaite, en effet, mettre son expérience à profit, d’autant qu’une blessure à l’épaule ne lui permet plus d’exercer son métier tous les jours. C’est l’exemple de Spa Formation, institut jovinien spécialisé dans les métiers de l’esthétique qui la convainc de franchir le pas. « J’ai reçu beaucoup de bienveillance autour de ce projet. Les gens du métier m’ont beaucoup aidé et la ville de Joigny à jouer le jeu », souligne-t-elle. Les débuts sont, néanmoins, difficiles avec seulement trois élèves, en reconversion, qui préparent le CAP.

Une position stratégique

En juillet 2019, la repreneuse de Spa Formation décide de fermer subitement. « Le téléphone n’arrêtait pas de sonner… », se souvient Aurélie Berry. Elle fait le pari d’ouvrir un cursus en esthétique et repart de zéro avec la préparation du CAP. « Pour cette rentrée 2021, nous comptons 35 élèves : 18 en coiffure pour le CAP et le BP et 17 en esthétique pour lesquels nous venons d’ouvrir le brevet professionnel cette année. »

Malgré l’existence d’une filière plus « traditionnelle » comme celle proposée par le Cifa (Centre interprofessionnel de formations d’apprentis) de l’Yonne, l’Institut Aurélie B., qui emploie deux salariés à temps partiel et cinq intervenants extérieurs, s’est imposé comme une alternative séduisante, en particulier pour les personnes qui souhaitent changer de voie, en proposant une offre de formation sur-mesure et attractive.

Stéphane Bourdier