Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Gare de Dijon : un deuxième été pour tout changer

Travaux. La gare de Dijon-Ville – 16.000 voyageurs et 360 circulations ferroviaires quotidiennes en 2019 – entre dans la dernière étape de sa mise en accessibilité aux personnes à mobilité réduite, commencée en février 2020.

Démolition du bâtiment sur le quai 2. (Crédit SNCF).
Pose des éléments préfabriqués pour la rampe d’accès. (Crédit SNCF).
Construction de pistes, rampes et mise en place des dalles podotactiles. (Crédit SNCF).
Travaux de terrassement pour la création de la rampe d’accès. (Crédit SNCF).
Travaux de terrassement pour la création de la rampe d’accès. (Crédit SNCF).

Si de la naissance de l’idée à sa réalisation, il aura fallu attendre sept ans, selon les propos de François Rebsamen, président de Dijon Métropole et maire de la ville, deux ans seulement suffiront à métamorphoser la première gare de Bourgogne Franche-Comté « du quai au plafond ». « L’idée fut de faire les travaux dans leur globalité sur une échelle de temps réduite pour ne pas avoir à y revenir et limiter ainsi au maximum les nuisances pour les voyageurs, précise Michel Neugnot, premier vice-président de la région BFC, ajoutant que : ce chantier n’a pas été une affaire facile. Cela a nécessité d’importantes capacités d’écoute de l’autre, de travail en équipe, de concertations... ». « Il y a sept ans, ce n’était pas gagné. Il a fallu batailler, mais nous avons obtenu l’inscription de la réfection de la gare dijonnaise au contrat de plan État-région 2015-2020, prolongé jusqu’en 2022. Entre temps, le coût a été certes multiplié par quatre, mais quand on voit le résultat on comprend pourquoi », ajoute François Rebsamen.

Dotés d’un budget de 39,4 millions d’euros cofinancés par l’État (22,1 millions, soit 56 %), la région (39 %) et Dijon Métropole (5%) les travaux ont débuté en février 2020. Cette première phase qui s’est achevée début 2021 a vu la mise en accessibilité des quais 4 (voies G/H) et 5 (voies I/J). Pour le confort des clients, ces nouvelles infrastructures disposent notamment de rampes d’accès et d’ascenseurs, bien utiles pour les personnes à mobilité réduite mais également pour les plus âgés, les familles avec de jeunes enfants ou avec poussettes... Les nouveaux quais possèdent également des dalles podotactiles et de nouveaux abris voyageurs et offrent un accès de plein-pied au train.

Travaux de finalisation des quais. (crédit JDP).
Travaux de finalisation des quais. (crédit JDP).
Vues sur les verrières abritant les voyageurs. (Crédit SNCF).
Vues sur les verrières abritant les voyageurs. (Crédit SNCF).

Cette année, les travaux ont repris en mars, avec la dépose des bancs, poubelles, signalétique, écrans d’information voyageurs, sono et caméras... des quais 1, 2 et 3 (voies A, C, D, E, F et 37). Suivi par la déconstruction des abris voyageurs et des bâtiments situés sur les quais 2 et 3. Dans le même temps, la préfabrication des rampes d’accès aux quais a débuté.
Mais la principale étape de cette deuxième phase de chantier se déroule sur tout l’été, pour une finalisation au 29 août. « En moyenne, ce sont au quotidien 70 agents qui ont été mobilisés de jour et de nuit, week-end compris  », confie Jérôme Grand, directeur territorial SNCF Réseau BFC.
Après la dépose de 80 mètres de voies pour créer une piste de chantier, d’importants travaux de génie civil ont eu lieu tout l’été pour créer les rampes d’accès et les deux fosses d’ascenseurs, rénover les quais et rehausser le quai 3, mettre en place les dalles podotactiles et remplacer les abris voyageurs.

La dernière phase de ces travaux d’envergure se déroulera du 30 août au début de l’année 2022 de nuit, de 22 à 6 heures. Elle permettra l’achèvement de l’aménagement du quai 1, l’installation des ascenseurs, la finition des murs et des sols des rampes d’accès, ainsi que l’aménagement du passage souterrain.

Par ailleurs, des efforts particuliers ont été réalisés afin de limiter les impacts des travaux. Les engins de chantier ont été progressivement équipés d’un signal de recul « cri du lynx », moins strident que le bip traditionnel, qui reste obligatoire sur les chantiers afin d’assurer la sécurité des personnels qui y travaillent. Une bâche acoustique a également été installée dans le souterrain afin d’assurer le confort des clients et usagers.

Nouveaux aménagements intérieurs. (Crédit JDP).
Le souterrain d’accès aux quais en chantier. (Crédit JDP).
Vue sur la gare depuis la voie 37. (Crédit JDP).

Au 30 août, le trafic des trains fortement réduit pendant les travaux sera porté à 93 % de sa capacité avant d’atteindre les 100 % fin octobre. Enfin, début 2022, la gare de Dijon-Ville sera pleinement accessible à tous. Un changement de visage qui n’affectera pas seulement les quais mais aussi «  l’ensemble de la gare avec des espaces d’attente modernisés, un système de vidéo en gare pour informer les voyageurs, un espace de coworking qui ouvrira à la rentrée... », développe Christophe Thouvenin, directeur du développement SNCF Gares & Connexions. De quoi offrir à Dijon une gare « plus accessible, plus sûre, plus claire... Un chantier essentiel et un enjeu sociétal majeur », conclut Fabien Sudry, préfet de Côte-d’Or et de la région.

Frédéric Chevalier