Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Heitmann TP et fils a 40 ans

Travaux publics. Jean Claude Heitmann a vendu sa maison en 1981 pour créer son entreprise de travaux publics. Quarante ans après, David, son fils, gère une société de 46 personnes qui ne cesse de se développer en Bourgogne Franche-Comté. Elle a notamment vu son chiffre d’affaires augmenter de 40 % en cinq ans.

Le chantier de démolition de la Rhodia à Besançon. DR

L’entreprise Heitmann TP et fils est spécialisée dans les activités de travaux publics et privés. Elle fait référence notamment dans le terrassement, la démolition, le désamiantage, les aménagements extérieurs, les réseaux humides, la location d’engins travaux publics et camions bennes ainsi que le transport. Jean Claude Heitmann, a fondé l’entreprise en 1981, avec l’argent de la vente de la maison familiale, qu’il avait construit, deux ans plus tôt, de ses propres mains, à Saint-Vit, près de Besançon.

Il travaillait alors comme conducteur d’engins et chauffeur poids lourd, salarié de l’entreprise Locatelli. Marié à Martine, le couple n’avait au départ aucune expérience dans la création d’entreprise. « Je me souviens avoir fait un stage à la Chambre de Métiers. Pour le reste, nous avons tous deux tout appris sur le terrain », avoue Martine. Avec l’argent de la vente, ils achètent leur premier engin, une tractopelle de la marque John Deer.

Si les débuts sont difficiles, le chantier de la Ligne à grande vitesse (LGV) Rhin-Rhône offre une vraie visibilité sur les multiples savoir-faire de l’entreprise, qui travaille pendant cinq années sur la ligne de Chevroz à Ougney. Aujourd’hui, alors que toutes les petites structures qui ont commencé en même temps que le couple, n’existent plus, eux sont fiers d’avoir réussi à transmettre l’entreprise à David, leur fils, passionné d’engins dès l’âge de six ans. « Je conduisais la grosse pelle Caterpillar avec mon papa », raconte-t-il.

Une transmission réussie

« À dix ans, mon fils savait viabiliser un pavillon à lui tout seul, le remblayer, poser les tuyaux, faire les fouilles, poser des regards, créer les aménagements extérieurs. Il avait le “compas dans l’oeil”. Il a toujours voulu reprendre l’entreprise. C’est donc tout naturellement que se fit la transmission », témoigne Jean Claude Heitmann, parti à la retraite avec sa femme en 2013 et 2014. En 2000, David, titulaire d’un bac génie mécanique obtenu en 1998 au lycée Victor Hugo de Besançon, d’une licence de transports et diplômé de l’école des managers de la CCI du Doubs, passe directeur technique et recrute lui-même ses équipes. L’entreprise à cette époque comptait quatre salariés.

En 2008, il devient gérant de la SARL Heitmann TP et fils nouvellement créée et qui s’installe sur la commune de Velesmes Essarts, près de Besançon. Entre 2013 et 2014, il s’entoure de personnes de confiance comme Matthieu Saillour, chargé d’affaires qui deviendra son bras droit et Adeline Parret, sa compagne, responsable des banques et de la comptabilité clients et trésorière. Aujourd’hui, rien ne semble arrêter la progression de cette entreprise familiale qui compte 46 salariés et qui a vu son chiffre d’affaires croître de 40 % en cinq ans. Quel est le secret de cette société qui semble à même de traverser toutes les crises et continuer de grandir malgré les difficultés ? À cette question David Heitmann répond humblement : « la famille, le travail d’équipe, les défis, le savoir-faire et l’expérience du terrain ».

Donner une chance aux jeunes

Autre élément de compréhension, David Heitman sait aussi donner une chance aux jeunes, qu’il forme en interne, conscient de l’importance d’acquérir l’expérience sur le terrain, lui qui a appris toutes les étapes du métier dans l’entreprise de son père. Ce n’est ainsi pas par hasard si la société compte aujourd’hui six apprentis et que la plupart des salariés ont entre 16 et 35 ans. Le plus âgé ayant 56 ans. La société Heitmann TP et fils a su évoluer, diversifier ses activités au fil du temps.

Parmi ces derniers chantiers on peut citer : la mise aux normes personnes à mobilité réduite (PMR) des quais de la gare de Dijon, le chantier de désamiantage et de démolition de la friche industrielle de la Rhodia à Besançon ou encore l’actuel chantier de l’ancien hôpital Saint-Jacques au centre-ville de Besançon appelé a accueillir la futur grande bibliothèque de la Cité du savoir... L’avenir nous dira si, Louis, Malo ou Kelly, les trois enfants de David, prendront un jour le même chemin que leur père ou leurs grands-parents.

Frédéric Chevalier