Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Investir pour se démarquer

Investissement. Au Creusot, Evamet finalise un investissement de 1,6 million d’euros subventionné pour moitié par le plan de relance. Grâce à deux nouvelles machines, l’un des derniers carburiers de France entend améliorer la qualité de ses produits et attirer talents et clients.

Evamet a investi dans de nouvelles machines pour gagner en qualité de production mais aussi se tourner vers de nouveaux marchés. Evamet

Mélanger du cobalt et du tantale permet de produire du carbure de tungstène, un composant chimique particulièrement dur. L’entreprise Evamet au Creusot (Saône-et-Loire) a choisi de continuer cette fabrication dans son usine pour concevoir ensuite des outils de coupe et des pièces d’usure pour les industriels. « Cela nous donne un avantage concurrentiel car nous pouvons ajuster la nuance pour que la matière ait les caractéristiques attendues par nos clients » explique Kathia Fodil-Lemelin, co-dirigeante du groupe Evatec-tools, 9,7 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020, auquel appartient Evamet.

Les industriels de l’aéronautique comme Safran, de l’énergie comme Framatome mais également des secteurs comme l’automobile, le ferroviaire, la sidérurgie ou la construction de machines sollicitent les outils d’Evamet, dont 25% à l’export. Ils réalisent pour eux du forage, du tournage, du fraisage, de perçage ou du carottage sur des matériaux allant de l’acier à l’aluminium en passant par la fonte, les matériaux composites, les nids d’abeille ou encore les superalliages.

Suivre le plan initial

Après deux ans de réflexion, en mars 2020, Evamet s’apprêtait à lancer un plan d’investissement avant d’être freinée par la crise sanitaire. Alors que les activités ont repris peu à peu, l’entreprise a ressorti son projet en s’appuyant sur le plan de relance. « Nous n’aurions pas pu à la fois traverser la crise et relancer notre investissement sans l’aide de l’État. » Ainsi, 800.000 euros ont été attribué afin de financer un budget global de 1,6 million d’euros pour l’acquisition de deux nouvelles machines.

Evamet

Une presse électrique pour être plus réactif mais aussi gagner en qualité et en homogénéité dans les grandes séries a déjà pris place dans les locaux. « Nous finalisons également l’installation d’une rectifieuse robotisée afin de réaliser des outils plus complexes et de nous diriger vers de nouveaux marchés. » En parallèle, Evamet fait monter en compétences ses équipes et espère attirer de nouveaux talents grâce à des outils répondant à leurs attentes technologiques.

Nadège Hubert