Informations régionales économiques et juridiques
93e année

La Bourgogne, patrie du Bol d’Air

Recherche. À Artaix, les laboratoires Holiste sont les seuls au monde à commercialiser le Bol d’Air Jacquier, une méthode d’oxygénation cellulaire inventée en 1947.

DR

Alphonse Allais, adepte des inventions loufoques, avait imaginé le distributeur d’air natal à domicile. Les laboratoires Holiste, à Artaix (Saône-et-Loire), ont donné corps au projet. Seule entreprise au monde à commercialiser depuis 1989 le Bol d’air Jacquier, une méthode inventée en 1947 par René Jacquier, ingénieur chimiste, élève du prix Nobel de chimie organique Victor Grignard, le concept repose sur le principe de l’oxygénation biocatalytique, c’est-à-dire, l’oxygénation des cellules par le biais d’une molécule naturelle servant de « transporteur », en revanche, la résine de pin (Orésine) : « Le procédé permet de palier l’hypoxie (manque d’oxygène dans les cellules, Ndlr), de plus en plus fréquent, en favorisant l’oxygénation globale par des procédés naturels », explique Marie-Laure Delanef, fondatrice des laboratoires Holiste.

Si le Bol d’Air ne se présente pas comme « une solution médicamenteuse », le principe est pourtant utilisé dans les cliniques, les CHU, chez certains généralistes et pharmaciens, en thalassothérapie ou chez les kinésithérapeutes pour la rééducation respiratoire. Et même… pour les chevaux : « Les chevaux ont un besoin en oxygène important. Or ils ont aussi une sensibilité pulmonaire qui les rend plus fragiles ». Du côté des vertus : lutte contre le stress, augmentation des capacités physiques et intellectuelles, amélioration de l’état de santé.

Un procédé d’extraction vertueux

À tel point qu’aujourd’hui, bon nombre d’entreprises adoptent le système à destination de leurs employés : « Plutôt que la pause cigarette, elles proposent une pause d’air qui dure trois minutes. Cela influe sur les capacités de concentration, sur le bien-être au travail, permet de lutter contre les impacts de la pollution ». Dans une démarche logique pour l’environnement, Holiste s’est engagée dans l’extraction de la résine de pin : « Nous louons des parcelles à des propriétaires, à l’ONF où nous extrayons 20 tonnes par an de résine de pin, ce qui nous permet d’assurer la traçabilité ».

Là aussi, Holiste a développé une méthode d’extraction vertueuse visant notamment à ne plus utiliser l’acide sulfurique, agressif pour l’Homme et pour la nature. Neuf années de recherche pour inventer un procédé ad-hoc, avec le soutien des régions Aquitaine et Bourgogne Franche-Comté, la Direccte, le conseil général des Landes, Bpifrance et l’association Gemme La Forêt d’Aquitaine. Une démarche qui s’inscrit dans la politique d’éco-conception et d’éco-production initiée dès la création de la société, engagée également dans le Made in France en faisant appel à 80% de fournisseurs locaux. Avec 4,3 millions d’euros de chiffre d’affaires, Holiste propose également un traitement à domicile, à l’achat ou en location d’un procédé unique au monde.

Antoine Gavory