Informations régionales économiques et juridiques
93e année

La chocolaterie Le Criollo remonte la pente

Artisanat. Malgré une chute de 25% de son chiffre d’affaires, la chocolaterie artisanale Le Criollo, en zone industrielle de Besançon, retrouve doucement son activité d’avant la pandémie en proposant notamment de nouvelles recettes misant sur des produits de proximité.

La chocolaterie Le Criollo a embauché malgré la crise et la baisse de son chiffre d’affaires. Le Criollo

D’abord tournée vers le B2b pour fournir en cadeau d’affaires les entreprises, la chocolaterie Le Criollo s’est logiquement installée en zone industrielle à deux pas de Besançon, à Chalezeule. Pourtant, depuis sa création en 2001, l’activité s’est orientée vers le particulier, les professionnels ne représentant plus que 20% du résultat. « 70% de notre chiffre d’affaires d’un peu plus d’un million d’euros repose sur la boutique adossée à notre atelier » explique Isabelle Blateyron qui a repris l’entreprise au printemps 2019.

Avec un chiffre d’affaires de la chocolaterie qui repose à 40% sur la période de Noël et 20% sur celle de Pâques, la pandémie et le confinement de 2020 ont fortement impacté ses résultats. « En trois mois, nous avons perdu 78% de notre chiffre habituel sur la même période et cela s’est répercuté avec une baisse annuelle de 25%. »

Accompagner la reprise

Pourtant, Isabelle Blateyron a recruté deux personnes faisant passer ses effectifs à 16 personnes dont six en production. « Je veux poursuivre sur cette voie mais j’attends que la crise soit derrière nous. » À côté des spécialités comme le Doubs Frisson et la cinquantaine de bonbons au chocolat différents qu’elle fabrique ou encore la Croquine Comtoise, Le Criollo développe de nouvelles recettes. « Nos Croquines d’été intègrent des gels de fruits mais uniquement avec des fruits provenant de France, rien d’exotiques. »

Attachée à réduire l’empreinte carbone de son chocolat, la dirigeante travaille également sur le sourcing local de ses emballages et privilégie les ingrédients locaux. « Nous utilisons par exemple du safran de Franche-Comté » précise-t-elle. Des saveurs qui séduisent également à l’étranger puisque Le Criollo exporte chaque année ses chocolats en Europe ou en Amérique du Nord notamment.

Nadège Hubert