Informations régionales économiques et juridiques
93e année

La CPME 71 tire la sonnette d’alarme

Entreprises. Face à l’augmentation des prix des carburants, la CPME alerte sur le risque de cessation d’activité et demande des mesures d’urgence.

Avec la flambée des prix des carburants qui atteignent aujourd’hui des records historiques, la CPME 71 réclame des mesures d’urgence pour soutenir les entreprises. En première ligne, les transporteurs pour qui le carburant représente 25 % des coûts : « Il ne s’agit plus d’une augmentation mais d’une explosion de près d’un tiers en une semaine du prix du gazole à la cuve » précise Philippe Rouballay – président Industrie de la Cpme71 et de la Délégation territoriale 71 de la CCI. Devant l’impossibilité de répercuter de telles hausses sur leurs clients, la CPME met en garde : « Les transporteurs risquent de devoir travailler à perte ». Mais ce secteur n’est pas le seul à pâtir de la situation. Ambulanciers, taxis ou aides à domicile sont également en alerte : « Dans ce contexte, et tant que les cours ne seront pas stabilisés, alerte Thierry Buatois, président de la Cpme71 et de la CCIR-BFC, la CPME réclame des mesures d’urgence pour les entreprises ».

Des mesures d’urgence

Parmi ces mesures, le remboursement mensualisé plutôt que trimestriel de la TICPE (taxe intérieure sur la consommation des produits énergétiques) sur le gasoil routier et un élargissement de la mesure aux véhicules professionnels de moins de 7,5 tonnes. Autre demande, la suppression de la TVA sur la TICPE (20%) ainsi que le maintien du gazole non routier (GNR) au-delà de 2023 qui donnerait de la visibilité aux professionnels des travaux publics, du bâtiment ou des matériaux et carrières. Enfin, pour certaines entreprises et au cas par cas, la suppression de certaines charges, le tout inclut dans le Plan de résilience annoncé par le gouvernement.

Sans cela, prévient Philippe Rouballay : « Le risque de cessation d’activité est important au sein de nombreuses entreprises de transport, mettant en péril l’approvisionnement de l’économie française. »

Antoine Gavory