Informations régionales économiques et juridiques
93e année

La franchise de boulangerie Ange se développe dans le Doubs

Artisanat. Frédéric Pomart, accompagné de son fils Morgan, prévoit d’ouvrir trois nouvelles boulangeries Ange dans le Doubs d’ici 2023 avec à la clé près d’une centaine d’emplois.

« Devant ma télé, j’ai vu un reportage sur la boulangerie Ange et j’ai adhéré aux valeurs de la franchise » se souvient Frédéric Pomart qui rappelle que le pain est fabriqué sur place, de façon artisanale. En 2017, cet ancien directeur de site de production ouvre la 100e boutique française de l’enseigne à Belfort. Depuis, il en ouvert une à Besançon en octobre 2020 et une autre à Sochaux en mars 2021 avec son fils. « Il se charge de l’exploitation, de veiller au respect du concept tandis que moi je m’occupe du développement, des relations avec les banques ou encore des ressources humaines. » Leurs deux boulangeries du Doubs emploient 45 salariés et chacune affiche un chiffre d’affaires avoisinant 1,3 million d’euros.

Etendre le réseau

Le duo père – fils ouvrira une nouvelle boulangerie à Audincourt en mars 2022 tandis qu’un projet s’organise à Montbéliard pour une ouverture en septembre 2022 alors qu’une seconde devrait voir le jour à Besançon en 2023. « Chaque magasin demande un investissement compris entre 800.000 et 1,4 million d’euros. » Ces ambitions vont s’accompagner de recrutements qui devraient faire passer les effectifs de 45 à plus de 120 salariés dont une trentaine d’apprentis. « La moitié de nos effectifs se constitue de public en difficulté, des gens revanchards et motivés qui veulent une nouvelle chance. »

Frédéric Pomart donne notamment l’exemple d’un boulanger malien en possession d’un titre de séjour qui a appris le métier, pour qui les recettes ont été traduites en parallèle de son apprentissage du français. « Nous faisons évoluer nos salariés par des plans de formation car nous peinons à recruter dans le système actuel. »

Nadège Hubert