Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Le Creusot, nouveau pôle d’hébergement de données

Technologie. Un premier data center va sortir de terre à la fin de l’année 2022 au Creusot.

DR

A la fin de l’année 2022, le premier data center de Saône et Loire sortira de terre près du centre technique Framatome. Il est le projet de la société Rubix Datacenter, présidée par Benjamin Ledoux, fondateur de la société informatique MyComputing, associé à Christopher Leal, gérant de Flex Network, créateur d’opérateurs à Paris.

Des prix plus attractifs

Pour Benjamin Ledoux, le projet d’un data Center en Saône-et-Loire a un avantage considérable : « Nous avons une desserte par TGV et par autoroute, le prix du foncier est 2 à 3 fois inférieur aux tarifs à Lyon ou Paris où sont hébergés la plupart de nos clients, nous allons donc proposer des tarifs plus attractifs ». Concrètement, Rubix Datacenter proposera deux formules : la location de 72 « baies informatiques » (box) où les clients pourront stocker leurs propres serveurs et bénéficier éventuellement d’une maintenance sur place « pour éviter les aller-retour de nos clients ». Autre proposition, plus connue et assurée par nombre d’opérateurs traditionnels, l’hébergement au sein de serveurs appartenant à la société. Enfin, 12 « baies opérateur » permettront à tous les opérateurs qui le souhaitent de se connecter au data center : « Nous ne voulons pas imposer d’opérateur à nos clients ».

Mais qui dit data center dit aussi impact environnemental. Sur cet aspect, Benjamin Ledoux met en avant une technologie nouvelle : « La plupart des data center existants son installés dans des bâtiments qui sont réaménagés. Nous avons fait le choix d’investir dans un bâtiment neuf en béton cellulaire qui est le must en matière d’inertie ». Du côté du refroidissement, l’eau glacée servira à climatiser les locaux au-dessus de 12 degrés. En dessous, c’est l’air extérieur qui servira de refroidisseur. Benjamin Ledoux l’assure : « Le rejet de CO2 est au minimum de ce qu’il est techniquement possible de faire aujourd’hui ».

Antoine Gavory