Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Le Printemps de l’entrepreneuriat s’épanouit à Sens

Entreprises. La première - et seule - « Fabrique à entreprendre » labellisée dans le département de l’Yonne programme toute cette semaine une série de conférences thématiques destinées à accompagner les créateurs d’entreprise.

Créée en 2018, à la suite de l’appel à projet formulé par le conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, la Caisse des dépôts et Bpifrance, la Fabrique à entreprendre du Grand Sénonais s’est fixée pour objectif de fédérer les acteurs de la création d’entreprise, nationaux et locaux, et d’apporter un accompagnement individualisé aux porteurs de projet du territoire afin « d’éviter que lorsqu’ils poussent la mauvaise porte parce qu’ils ne correspondent pas aux critères, une solution leur échappe à la porte d’à côté ». CCI de l’Yonne, Adie, chambre de métiers et de l’artisanat, BGE Nièvre-Yonne ou encore Initiative 89 se retrouvent, à présent, dans la même enceinte.

« Nous souhaitions mettre en place un guichet unique pour les porteurs de projet, comme nous l’avons fait dans le domaine de l’insertion avec le Peips (Pôle économie et insertion professionnelle du Sénonais) afin de rattraper notre retard en matière de création et de pérennité des entreprises, par rapport à la moyenne nationale », précise Clarisse Quentin, vice-présidente de la communauté d’agglomération du Grand Sénonais chargée du développement économique et responsable des deux structures.

Provoquer des synergies

En lançant la deuxième édition du Printemps de l’entrepreneuriat, la Fabrique à entreprendre du Grand Sénonais a souhaité mutualiser, plus encore, les initiatives en faveur de l’accompagnement en proposant un cycle de conférences et d’échanges sur les différentes problématiques de la création. Financements, outils de communication, phase de lancement… Les futurs chefs d’entreprise peuvent, ainsi, trouver des réponses à leurs interrogations.

« Le profil des participants est divers, du commerçant au startuper en passant par le microentrepreneur et le repreneur d’entreprises », souligne l’élu. « Avoir un temps de rencontres dédié avec les professionnels de la création d’une part, et entre porteurs de projets d’autre part, permet de créer un premier niveau de réseau. Les statistiques le prouvent : les chances de durabilité d’une entreprise sont multipliées par trois quand le créateur est accompagné. »

Stéphane Bourdier