Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Les 119 salariés d’Euroserum dénoncent « une fermeture brutale »

Emploi. À Saint-Martin-Belle-Roche, 119 emplois sont menacés par la fermeture inattendue du site Euroserum.

Antoine Gavory

À Saint-Martin-Belle-Roche, le site Euroserum, spécialisé dans la production de lait infantile depuis 1973 fermera ses portes à la fin de l’année 2022. C’est l’annonce faite par le groupe Sodiaal, coopérative laitière française à laquelle appartient Euroserum, qui exploite 20 % du lait français, emploie 10.000 salariés sur 70 sites de production et travaille auprès de 17.000 producteurs de lait.

Le groupe justifie son choix par une « dégradation du marché des ingrédients laitiers infantiles, en particulier les poudres de lactosérum déminéralisées » nécessitant « la mise en œuvre rapide d’un plan de compétitivité ». Plan de compétitivité passant notamment par la fermeture de deux sites (le second étant situé en Loire Atlantique) et un plan d’investissement de 600 millions d’euros sur cinq ans « pour sécuriser l’avenir de la coopérative ».

Incompréhension face à une stratégie brutale

En cause, les exportations qui représentent 80 % de l’activité du groupe et particulièrement vers la Chine qui a enregistré une baisse des natalités de plus de 30 % en 5 ans. Mais Thomas Hämmelmann, directeur général d’Euroserum invoque également des problèmes d’approvisionnement en local qui obligent à des importations depuis l’Italie qui ne sont plus rentables, et la concurrence en Europe.

Dans un communiqué, les salariés se disent « dans l’incompréhension de la stratégie brutale de Sodiaal » face à une décision inattendue annoncée le 1er février lors d’un Comité social économique et son en colère : « Quel prix pour démanteler le deuxième plus gros site Euroserum traitant plus d’un million de litres de matière première par jour ? Un site comprenant des installations non délocalisables, avec notamment une tour de séchage des plus récentes du groupe Sodiaal. » Si le groupe s’est engagé à proposer « à chacun des collaborateurs concernés au moins un emploi en interne dans le groupe, et le cas échéant de les accompagner dans une recherche extérieure », ce sont aujourd’hui 119 emplois qui sont menacés sur le site d’Euroserum que les salariés se disent prêt « à tout faire pour maintenir l’activité du site ».

Antoine Gavory