Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Recyclage des plastiques : les acteurs de la filière aidés par l’Ademe

Recyclage. Dans le cadre du plan France relance pour la transition écologique, plus de 200 millions d’euros ont été fléchés en direction de la filière plastique.

rawpixel.com

En Bourgogne Franche-Comté, des unités de régénération de matières plastiques et notamment du PET ont récemment vu le jour, à l’image de l’usine Plastipak de Sainte-Marie-La-Blanche (21), démontrant la capacité de notre région à s’engager de plain-pied dans la transition écologique à l’échelle industrielle. Forte de 600 acteurs locaux, la plasturgie régionale est très concernée par les enjeux du recyclage. Dans le cadre du dispositif Orplast, dont le budget a été sérieusement réévalué, pour accélérer la transition vers l’usage de plastiques recyclés, l’Ademe accompagne les entreprises dans les études et les investissements. L’appel à projets est ouvert, avec une prochaine échéance de dépôt des dossiers avant le 1er avril. La date limite de tous les dépôts étant fixée au 15 septembre.

« Il y a à la fois une véritable urgence et une vraie opportunité pour les entreprises de Bourgogne Franche-Comté à convertir leur outil de production, affirme Lilian Geney, chargé de mission Économie circulaire à l’Ademe de Bourgogne Franche-Comté, animatrice du dispositif Orplast. Une urgence, car la réglementation se durcit, avec par exemple l’obligation d’incorporer 25 % de matière recyclée en 2025 dans les bouteilles PET. Ou encore l’interdiction depuis le 1er janvier 2022 de vendre les fruits et légumes frais non transformés emballés dans du plastique. Une opportunité, tant nous consacrons de ressources, avec la profession, pour accompagner les entreprises dans la conversion de leur organisation industrielle ».

Une vingtaine de projets déjà accompagnés

L’incorporation de plastiques recyclés dans la production agit positivement à deux endroits de la chaîne de valeur industrielle : la moindre consommation de matières carbonées vierges et la baisse de consommation d’énergie carbonée pour les produire. C’est pourquoi l’usage de résines recyclées est fortement encouragé, alors que les progrès à réaliser sont encore considérables. Seuls 29 % des plastiques mis en œuvre dans l’emballage ménager (qui représente 45,5 % des usages en France) sont aujourd’hui recyclés.

« La conversion de l’outil de production d’une entreprise est un véritable projet industriel. Nous accompagnons les plasturgistes à la fois dans les études d’écoconception ou pour réaliser des prototypes et les tester en conditions de production. Ensuite, nous sommes en mesure de participer au financement des investissements, moules, machines et même formation, quand les essais sont concluants. Et jusqu’à preuve du contraire, c’est parfois compliqué mais toujours possible ! », rassure Lilian Geney. En Bourgogne Franche-Comté, l’Ademe accompagne déjà plus d’une vingtaine de projets, dont les plus avancés ont déjà réalisé des pièces de test.

« Nous pensons que 200 entreprises de notre région pourraient bénéficier de notre accompagnement. Sachant que la mobilisation est tripartite, puisque nous nous appuyons sur la compétence marché de Polyvia et sur la compétence technique de l’IPC », poursuit Lilian Geney. Polyvia est l’union des transformateurs de polymères. L’organisme insiste auprès de ses adhérents sur l’intérêt d’anticiper les obligations réglementaires et répond aux premières questions des entreprises intéressées quant à l’incorporation de matières premières recyclées. L’IPC est le Centre technique industriel de la plasturgie et des Composites. Il accompagne les entreprises sur la faisabilité technique, économique et réglementaire de leurs projets. Les deux acteurs de la profession ont signé avec l’Ademe une convention régionale en septembre 2021.

Frédéric Chevalier