Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Seeb créé son école d’usinage

Formation. À Chauffailles, l’entreprise Seeb a créé son propre cursus de formation pour palier à la pénurie de main d’œuvre qualifiée.

Seeb créé son école d'usinage
(Crédit : Groupe SEEB)

C’est dans le but de palier à la pénurie de main d’œuvre qualifiée et spécialisée dans son domaine, l’usinage de précision pour les secteurs du nucléaire, de l’automobile ou encore de l’armement que l’entreprise Seeb à Chauffailles a décidé de créer sa propre « école ». Dans les faits, s’il ne s’agit pas d’un retour au paternalisme industriel du début du XXe siècle, l’objectif est de combler les 15 postes manquant. Pensée en mars 2022, cette formation « sur le tas » a permis à six élèves de s’engager sur la voie de la qualification en vue d’obtenir, en un an, un certificat de qualification paritaire de la métallurgie (CQPM) débouchant sur un contrat à durée indéterminée.

Une école à 300.000 euros

Comme le font de nombreuses entreprises désormais - Michelin par exemple -, c’est la méthode de recrutement par simulation qui a permis de départager les 12 candidats initiaux, en partenariat avec Pôle emploi et Manpower et sous le tutorat des salariés de Seeb. Une méthode qui permet à n’importe quel intéressé, sans la connaissance ou l’expérience requises, de postuler à un emploi en fonction de ses centres d’intérêt et qui démontre une fois de plus sa pertinence : en septembre 2023, Jean-Paul Delfrate prévoit de lancer une seconde salve de formation. Seul bémol pour le directeur du site : le coût de cette « école », 300.000 euros. Un investissement démesuré mais vital pour l’entreprise qui espère ainsi compléter ses effectifs.

Antoine Gavory