Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Senaxes souhaite démocratiser l’impression 3D

Start-up. Installée dans le bâtiment Euripole, la start-up sénonaise réalise la modélisation, le prototypage et la maintenance de pièces en petite et moyenne série pour les entreprises industrielles. Son créateur, Kévin Lassaunière, entend, dès l’année prochaine, réaliser une levée de fonds pour soutenir sa croissance et développer d’autres projets.

Kévin Lassaunière, créateur de Senaxes. Senaxes

Après seulement deux ans d’activité, Senaxes fait montre d’un dynamisme étonnant, nullement démenti par la crise sanitaire. Spécialisée dans la conception de pièces par impression 3D, à l’unité ou en série, l’entreprise s’est constituée un portefeuille clientèle dans des secteurs aussi variés que l’industrie agroalimentaire, pharmaceutique ou la sous-traitance automobile.

En utilisant des technologies innovantes, il peut aussi bien créer ou reproduire des éléments en plastique, en résine ou en métal. La phase de pré-industrialisation, qui consiste à prototyper le « numéro 0 » aux cotes de l’industriel, et la maintenance représentent près des deux tiers de son activité. En réalisant 120.000 euros de chiffres d’affaires cette année, la start-up table sur une augmentation de 50% en 2022.

Bientôt une boutique pour les particuliers

« La Covid-19 a changé la donne. Beaucoup d’industriels se sont aperçus qu’il était souvent plus simple de réparer une pièce sur une machine-outils, par exemple, en utilisant ce procédé que de la faire venir de l’autre bout du monde. Avec ce mouvement de relocalisation industrielle et l’accroissement continue des performances des imprimantes 3D, cela devient aussi plus rentable et plus rapide pour eux », explique Kévin Lassaunière.

L’an prochain, Senaxes entend ouvrir le capital aux actionnaires grâce à un tour de table. En réunissant 100.000 euros, la start-up pourra recruter six nouveaux collaborateurs. Elle souhaite mettre en place des formations à destination des particuliers et des entreprises dotées d’un bureau d’études. Une boutique de matériels et de composants devrait, par ailleurs, voir le jour en centre-ville de Sens.

Stéphane Bourdier