Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Sirugue prévoit plus de 10 millions d’euros d’investissements

Nutrition animale. Soutenue par l’État dans le cadre de France relance, l’entreprise côte-d’orienne spécialisée dans la nutrition animale a démarré sa première tranche de travaux d’extension.

Après des années de croissance continue, la société Sirugue, dernière entreprise de nutrition animale de Côte-d’Or, a atteint le potentiel maximal de l’outil en place. Face à ce constat, l’entreprise implantée depuis 1956 au coeur de la Bourgogne Franche-Comté a imaginé une nouvelle extension de la tour de fabrication pour accompagner cette dynamique et répondre aux nouvelles attentes des consommateurs. Avec un budget de 10 à 12 millions d’euros et un plan d’investissement courant sur les six prochaines années, la première tranche de 6,3 millions d’euros d’investissement est en cours de réalisation.

« La nouvelle structure de l’entreprise sera attractive pour les clients mais aussi pour les talents que nous devrons recruter. »

Elle comprend notamment l’augmentation du stockage amont et aval et l’anticipation de la structure pour pouvoir recevoir de nouveaux process, qui seront eux inscrits dans la seconde tranche planifiée en 2024-2025. L’État, dans le cadre de France relance et du volet national de l’appel à projet industrie pour le renforcement des filières stratégiques, soutient cette première tranche d’investissement à hauteur de 15 %. « Un véritable coup de pouce à ce projet d’envergure, qui nous permet d’envisager l’avenir plus sereinement », confie l’entreprise toujours dirigée par les descendants de la famille de meuniers à l’origine du projet.

Un pôle rural pour l’emploi

« Pour cette première partie d’extension, nous dotons le site d’une charpente process de 700 tonnes, reposant sur une base de micro-pieux enfoncés à 18 mètres de profondeur, explique l’entreprise. Cette charpente accueillera 29 silos dont 9 de matières premières et 20 de produits finis. L’ensemble de la structure sera automatisé comme le reste de l’outil ».

Pour Sirugue, ces deux tranches d’investissements apporteront une flexibilité usine mais aussi une plus grande capacité de stockage et de production afin d’être plus résistant sur le secteur de la nutrition animale face à la concurrence nationale et internationale, avec l’objectif impulsé par le plan France relance de diminuer son degré de dépendance extra-européenne. « La nouvelle structure de l’entreprise sera attractive pour les clients mais aussi pour les talents que nous devrons recruter. »

D’ailleurs, face au constat d’un manque de main d’oeuvre en milieu rural, la société côte-d’orienne a même décidé d’agir pour le développement et la sauvegarde de l’emploi sur le village d’Esbarres et plus largement le territoire avec la création d’une vingtaine de postes pour tous niveaux du non-diplômé à l’ingénieur.

Antonin Tabard